Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Angola

Gestion de l’eau, politiques et dispositions législatives régissant l’utilisation d’eau en agriculture

Institutions

La gestion de l’eau incombe à un réseau complexe d’institutions publiques:

  • la Direction nationale de l’hydraulique agricole et du génie rural (DNHAER) du Ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER), constituée d’un service d’études hydrauliques (SHE) et d’un service du cadastre agricole (SCA Prov.). Ses fonctions principales sont la conception, la coordination, l’étude et le contrôle des infrastructures agricoles pour l’irrigation, le drainage, l’hydraulique agricole, l’approvisionnement en eau des zones agricoles à l’intérieur des périmètres irrigués et l’infrastructure sanitaire pour le bétail. Elle est responsable du programme, du développement et de la gestion des systèmes d’irrigation publics;
  • la Direction nationale pour le développement rural (DNDR) au sein du MINADER et ses services provinciaux: Direction provinciale pour l’agriculture, le développement rural, la pêche et l’environnement (DPADRPA);
  • la Direction nationale des eaux (DNA), organe du Secrétariat d’État de l’énergie et de l’eau, qui est l’agence exécutive de la gestion des eaux. Elle gère les ressources hydriques et l’assainissement à l’échelle nationale. Elle conçoit, programme, exécute et surveille les projets d’approvisionnement en eau, et reçoit l’appui des provinces par le biais des directions provinciales des eaux, à l’exception des villes de Luanda, de Benguela et de Lobito qui possèdent leurs propres sociétés de distribution de l’eau. La DNA est organisée en trois départements: i) gestion des ressources hydriques, ii) hydraulique, chargé de l’approvisionnement en eau du secteur agricole, et iii) développement;
  • le Ministère de la géologie et des mines, qui a lui aussi une juridiction sur l’eau à travers la Société nationale d’eaux souterraines (Hidrominas) dotée d’une autonomie administrative, et qui réalise des études hydrogéologiques et géophysiques pour la construction des puits;
  • le Ministère de l’urbanisme et de l’environnement (MINURA);
  • le Ministère de la santé, avec la Direction nationale de santé publique (DNSP) dont la mission principale est la promotion de l’assainissement et de l’éducation en milieu agricole;
  • le Ministère des travaux publics (MINOPU) responsable de la construction des barrages et des digues.

En ce qui concerne les recherches, elles sont à la charge du MINADER qui les mène par l’entremise de diverses institutions:

  • l’Institut de recherche agronomique (IIA), qui a pour principale activité la recherche appliquée et participative en matière de céréales, racines et tubercules, légumes, fruits et horticulture. La Faculté de sciences agronomiques de l’Université de Neto (FAS) collabore étroitement avec l’IIA;
  • l’Institut de développement agricole (IDA) à l’échelle des provinces;
  • les stations de développement agricole (EDA) à l’échelle municipale.

Gestion de l’eau

Les périmètres publics ont été construits et sont gérés et entretenus par l’État (infrastructures communes telles que barrages, digues, dérivations, portes d’écluse, canaux et drains et postes de pompage). Ils ont été conçus pour irriguer des surfaces de 1 000-5 000 ha. Certains d’entre eux ont été construits par des ex-colons portugais puis expropriés par l’État. Les bénéficiaires des périmètres publics sont de petits agriculteurs (3-4 ha) ou de moyens à grands agriculteurs (15-50 ha). En général, il n’existe pas d’association d’usagers d’eau, mais celles des périmètres de Bon Jésus et Humpata sont chargées des tarifs de l’eau. Néanmoins, le recouvrement des redevances est faible. Le périmètre de Hampata est particulier car l’État a construit les infrastructures communes et le secteur privé a développé l’infrastructure individuelle. Entre 2000 et 2002, 32 pour cent du budget du MINADER ont été alloués à l’hydraulique et aux infrastructures.

Les périmètres privés, notamment moyens à grands, ont leur propre organisation gestionnaire, technique, productive et opérationnelle.

Politiques et dispositions législatives

Un processus de définition des politiques au sein du secteur agricole a été initié par le MINADER à travers « l’examen des options de développement et de redressement agricole ». De plus, lors du cycle agricole 2003/2004, le « Programme d’exécution globale pour l’agriculture » (GEPA) du MINADER a tenté de relancer l’agriculture.

Le secteur de l’eau était caractérisé, jusqu’en 2003, par un cadre juridique rudimentaire datant de la colonisation, et régissant l’usage, la conservation, les politiques, le traitement et la gestion des ressources en eau. En 2003 a été promulguée la loi relative à l’eau, qui définit la politique de gestion intégrée des ressources hydriques du pays. Elle devrait permettre l’optimisation de l’utilisation, de la gestion et de la conservation des ressources hydriques pour tous les usages, ainsi que la régularisation de l’utilisation à travers les concessions. Néanmoins, cette loi attend encore une réglementation. Elle représentera une étape importante pour la gestion des ressources, l’utilisation actuelle des eaux superficielles et souterraines étant pratiquement libre.

Un groupe de travail au sein du MINADER analyse et examine actuellement un texte de loi pour l’irrigation nécessaire pour contrôler le développement de l’agriculture irriguée qui accapare les volumes d’eau les plus importants.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.