Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Burkina Faso

Utilisation de l’eau

Au Burkina Faso, le potentiel hydraulique reste faiblement mobilisé avec seulement 4 pour cent des ressources renouvelables totales exploitées en 2000 (Tableau 3). La compétition entre les utilisateurs de l’eau repose essentiellement entre les usages domestiques et l’irrigation. La pression des deux usages, conjuguée à l’évaporation élevée, sont les principales raison de tarissement précoces (décembre/janvier) des zones humides entraînant la disparition des ressources halieutiques et l’encroutement des sols dans les lits des cours d’eau.




Les prélèvements du secteur de l’irrigation sont estimés à 0.421 km3 en 2005, soit 51 pour cent du prélèvement total (Tableau 3 et Figure 1); ceux des municipalités s’élèvent à 0.376 km3 alors que l’industrie ne prélève que 0.022 km3 la même année, soit un prélèvement total de 0.818 km3 en 2005 (Tableau 4). Les prélèvements d’eau souterraine (0.011 km3 en 1998) sont peu fluctuants (puits et forages réellement fonctionnels) du fait de leur faible importance dans les utilisations (eau domestique et petite irrigation) relativement à l’exploitation des ressources en eau de surface. L’utilisation des eaux usées s’opère essentiellement dans les centres urbains pour l’irrigation informelle notamment pour l’arrosage des productions maraîchères et l’horticulture.

Par ailleurs, le stress hydrique—pourcentage de la quantité d’eau utilisée par rapport aux ressources disponibles—est de 10.6 pour cent en année normale et de 21.8 pour cent en année très sèche avec des divergences entre les bassins versant allant de 30.2 pour cent dans le bassin de la Comoé à 13.5 pour cent dans le bassin du Niger (MEE, 2001).

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.