Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Democratic Republic of the Congo

Économie, agriculture et sécurité alimentaire

L’agriculture occupe une place prépondérante dans l’économie. Elle contribuait pour 58 pour cent au PIB en 2002, contre 35 pour cent en 1985 et moins de 10 pour cent dans les années 1970 (figure 1). Cette part importante du secteur agricole dans le PIB tient à une forte contraction du secteur minier et des autres branches de l’activité économique. Elle procurait près de 17 pour cent de la valeur des exportations en 1995 mais les exportations de produits de rente ont connu une diminution continue entre 1959 et 1996. Enfin, en 2002 le secteur agricole employait 61 pour cent de la population et faisait vivre 70 pour cent (39 millions d’individus) contre 63 pour cent en 2000. Avec une croissance annuelle de 2 pour cent (inférieure à la croissance démographique), l’agriculture du pays ne couvre pas les besoins alimentaires nationaux pour tous les produits. De ce fait, 11 pour cent des céréales sont importés. Le pays a recours aux importations et parfois à l’aide humanitaire pour nourrir sa population; car en milieu rural 73 pour cent de la population souffrent de malnutrition et 30 pour cent des enfants de moins de 5 ans de malnutrition chronique contre 22.4 pour cent en milieu urbain.


On distingue deux types d’agriculture: un secteur moderne constitué de grandes exploitations agricoles ou d’élevage et un secteur traditionnel de type familial, où sont cultivées des surfaces réduites suivant des techniques relativement rudimentaires. Les petites exploitations sont au nombre de 3 ou 4 millions, réparties sur 4.5 à 6 millions d’hectares, chaque ménage cultivant en moyenne 1.5 ha. Le système d’exploitation est peu productif et les rendements sont en fonction de la superficie plutôt que de la productivité de l’unité de surface. Les systèmes de production des cultures vivrières sont essentiellement pluviaux et les cultures dominantes sont les plantes à tubercules, la banane plantain, le maïs, le riz, l’arachide, le haricot, et le palmier à huile. L’exploitation agricole moderne se fonde essentiellement sur les cultures de rente (café, thé, palmier à huile, hévéa, cacao, quinquina, canne à sucre). Récemment, les zones périphériques des centres urbains ont vu se développer la production maraichère irriguée.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.