Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Djibouti

Ressources en eau

Les ressources en eau renouvelables sont estimées à 300 millions de m³/an (tableau 2). Le système hydrographique se divise en deux zones, l’une drainant vers la mer rouge ou le golfe d’Aden (45 pour cent), l’autre vers les plaines de l’ouest du pays (55 pour cent). Les rivières ne sont pas pérennes, du fait des faibles précipitations, mais contribuent à l’alimentation des nappes phréatiques (seule la nappe de Djibouti est actuellement suivie). D’une façon générale, les débits sont faibles, avec une teneur en sel entre 1 et 1.5 g/litre. Environ 5 pour cent seulement des précipitations sont susceptibles de s’infiltrer et de recharger les nappes peu profondes (sédiments des oueds) ou profondes (aquifères basaltiques). Bien que l’apport de l’Éthiopie soit estimé à 2 km³/an (lac Abbé), ce volume n’est pas pris en compte puisqu’il s’agit d’eau salée.


Deux aquifères continus (régionaux) existent à Djibouti, l’un dans toute la partie ouest du pays avec le lac Assal pour niveau de base, l’autre au sud du pays entre Djibouti ville et Loyada. Ailleurs, on trouve des nappes discontinues (locales) et des nappes alluviales. Compte tenu de la nature des sols, et sauf pour les nappes partagées avec l’Éthiopie, la recharge des nappes repose sur l’infiltration des eaux de crue dans les oueds. On estime donc que le volume exploitable de la nappe de Djibouti s’établit entre 10 et 20 millions de m³/an. L’exploitation raisonnée des ressources en eaux souterraines doit ainsi considérer la nature du sol: volcanique, sédimentaire (quantité acceptable, mais eaux très salines) ou alluvionnaire.

Les ressources non conventionnelles se limitent aux eaux usées traitées. La contribution des eaux usées traitées est limitée actuellement aux effluents de la station d’épuration de Balbala estimés à 0.14 million de m³/an et qui servent à l’irrigation de quelques jardins dans la région d’Ambouli. Une autre station d’épuration à Douda, d’une capacité installée de 4.700 m³/jour, est actuellement hors service.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.