Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Equatorial Guinea

Économie, agriculture et sécurité alimentaire

Malgré la prédominance du pétrole dans l’économie, la majorité de la population dépend du secteur agricole: agriculture de subsistance, complémentée par la chasse et la pêche. Historiquement, l’économie du pays était tributaire de l’agriculture. Cette situation s’est modifiée avec la découverte des grands gisements de pétrole au début des années 90. Avec le développement du secteur pétrolier, la contribution de l’agriculture à l’économie nationale a décliné très rapidement. En 2003, le secteur agricole ne contribuait plus que pour 7 pour cent au PIB, alors qu’en 2004 l’agriculture employait 68 pour cent de la population active. La contribution de l’agriculture aux exportations et importations totales en 2001 a été de 2 et 46 pour cent respectivement.

La production agricole ne couvre plus les besoins alimentaires de la population ni en volume de production, ni en valeur nutritive. Le pays doit donc recourir à de fortes importations à partir des pays voisins. Un des objectifs du gouvernement est d’utiliser les revenus provenant de l’activité pétrolière pour le développement de secteurs tels que l’agriculture et l’industrie et atteindre ainsi une plus grande autosuffisance.

On distingue deux types d’agriculture:

  • Une agriculture de subsistance, orientée vers la production de yuca, igname, arachide, viande, poisson, etc., généralement pour l’autoconsommation de la famille. C’est une agriculture extensive, traditionnelle et de faible productivité, pratiquée par les petits agriculteurs appliquant des méthodes de culture traditionnelles. La culture des aliments de base s’est réalisée jusqu’à maintenant par un système de production traditionnel, sans application d’engrais et imposant l’ouverture de nouvelles parcelles après un ou deux ans de culture pour remplacer les parcelles épuisées. Les sols utilisés doivent rester en jachère pour des périodes de cinq à 10 ans.
  • Une agriculture intensive, orientée vers l’exportation. Elle vise la production des principaux produits agricoles de rente (cacao et café), et est réalisée principalement par des sociétés privées notamment d’origine espagnole. Elle est pratiquée en particulier sur l’île de Bioko.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.