Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Morocco

Utilisation de l’eau

Les prélèvements en eau en 2002 s’élevaient à 14 819 millions de m³, dont 11 912 millions de m³ d’eau superficielle et 2 907 millions de m³ d’eau souterraine (HCP, 2006).

En 2010, ils s’élèvent à 10 580 millions m³ dont 2 322 millions m³ d’eau souterraine, 7 millions de m³ d’eau dessalée et 8 251 millions de m³ d’eau superficielle, consistant en 6 803 millions de m³ d’eau stockée dans les retenues et 1 448 millions de m³ d’eau prélevée au fil de l’eau (Plan Bleu, 2011), auxquels il faut ajouter 70 millions de m³ d’eaux usées traitées utilisés directement.

Cependant, les demandes en eau pour l’année 2010 s’élevaient à 14 649 millions de m³, dont 13 225 millions de m³ pour l’irrigation soit plus de 90 pour cent de la demande totale, 1 063 millions de m³ pour les collectivités, 212 millions de m³ pour l’industrie (incluant le tourisme) et 149 millions de m³ pour l’environnement (Tableau 4 et Figure 1) (Plan Bleu, 2011). La confrontation entre les ressources en eau mobilisées et les demandes en eau des différents secteurs montre que les besoins ne sont pas satisfaits et qu’il existe un déficit hydrique d’environ 4 000 millions de m³, dont environ 1 000 millions de m³ provient de la surexploitation des nappes (CSEC, 2014). En particulier, les besoins en eau d’irrigation ne sont pas totalement satisfaits réduisant ainsi la production agricole sur les superficies équipées. Les bilans hydriques sont variables selon les bassins: celui de l’Oum Er Rbia accuse un déficit en eau de près de 1 200 millions de m³, 273 Mm³/an pour la Moulouya, 100 Mm³/an pour le Tensift, 160 Mm³ /an pour le Souss–Massa-Draa et 65 Mm³/an pour le Ziz-Guir-Rhéris (Plan Bleu, 2011). La conséquence de cette surexploitation des nappes est leur abaissement quasi-généralisé et pouvant parfois atteindre près de 2 m/an (CSEC, 2014).


En l’absence de détail par secteur d’activités, les prélèvements ont été estimés en considérant que les demandes pour les collectivités et l’industrie ont été entièrement satisfaites alors que celles de l’environnement ne l’ont pas été. Enfin celles de l’irrigation ont été réduites relativement aux volumes totaux prélevés en 2010 (Figure 2).




     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    aquastat@fao.org
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.