Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Madagascar

Économie, agriculture et sécurité alimentaire

Suite aux élections présentielles et parlementaires de 2013, la situation à Madagascar est de retour à la normale après 5 ans de crise interne socio-politique. Cette instabilité a eu de forts impacts sur le développement du pays et les activités économiques avec une croissance économique négative en 2009, et beaucoup plus faible qu'avant les évènements depuis et jusqu'à 2017 d'après les projections (AfDB, 2014). En 2014, le produit interne brut (PIB) s'élevait à 10 593 millions $EU et l'agriculture y contribuait pour 26 pour cent. Environ 80 pour cent de la population active travaille dans le secteur agricole.

La principale culture est le riz, pluvial ou irrigué, couvrant près de la moitié de la superficie cultivée, ainsi que le manioc, les haricots, le maïs et les tubercules (pommes de terre, patate douce, taro) en moindre mesure. L'agriculture se pratique sur l'ensemble de l'île, mais seuls 30 pour cent des sols cultivables sont cultivés. Les autres îles de l'Océan Indien étant petites et importatrices de nourriture, les potentialités physiques et de marché de l'île sont immenses. Un quart des cultures vivrières, 45 pour cent des cultures industrielles et 90 pour cent des cultures de rente (café, girofle, vanille, litchi, cacao, etc.) sont destinés au commerce. L'agriculture commerciale est concentrée le long de la côte est et dans le nord. En 2013, la production agricole a été très gravement touchée par une invasion acridienne et par des cyclones. La culture sur défriche-brulis, appelée «tavy» constitue non seulement un mode d'exploitation agricole des terres, mais aussi un mode traditionnel d'acquisition de la propriété foncière coutumière. Malgré son interdiction officielle depuis près de 200 ans, il reste fortement ancré dans les mœurs (FAO, 2016).

Plus de 80 pour cent des malgaches pratiquent l'élevage à des fins d'autoconsommation (JIRAMA, 2015). En 2013, le cheptel de Madagascar comptait 9 millions de bovins, près de 2 millions d'ovins et caprins, 1.3 million de porcins et 32 millions de volailles (MA, 2015). La pêche et l'aquaculture, encore peu développées et principalement destinées à la consommation locale, connaissent une forte croissance et occupent le deuxième rang des recettes d'exportations du secteur primaire, en particulier les crevettes, le thon, la langouste et le crabe (JIRAMA, 2015).

Près de 32 pour cent de malgaches sont sous-alimentés sur la période 2010-2012 (FAO, 2015), en particulier dans le sud avec 47 pour cent des enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition chronique (AfDB, 2014).

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.