Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Mali

Économie, agriculture et sécurité alimentaire

De 2002 à 2011 le produit intérieur brut est passé de 3 343 à 10 590 millions de dollars EU. Apres une forte baisse de la contribution du secteur primaire dans le PIB dans les années 1900, la décennie 2000-2009 au contraire a connu une augmentation relative à hauteur de 38.9 pour cent. L’économie malienne est donc fortement tributaire du secteur agropastoral qui occupe 74 pour cent de la population active en 2011 dont 37 pour cent de femmes.

L’agriculture du Mali est essentiellement vivrière avec en particulier la production céréalière; s’ajoute également du maraîchage et des cultures d’exportations dont le coton (pluvial). L’augmentation des superficies cultivées des dernières décennies ne s’accompagne pas systématiquement d’augmentation des rendements en particulier en agriculture pluviale, mais souvent de défrichement de nouvelles terres agricoles.

La production céréalière du pays a augmenté au cours des 10 dernières années, réduisant ainsi le déficit céréalier. La production totale de céréales est passée de 2.6 millions de tonnes pour la campagne agricole 2001-2002 à 6.4 millions de tonnes en 2010-2011. Pour cette même année, la production céréalière irriguée (2 329 000 tonnes) fournit 36 pour cent du bilan céréalier. Le riz, en particulier, a connu un fort accroissement, passant de 0.94 million de tonnes de paddy en 2001-2002 à 2.3 millions de tonnes en 2010-2011 (CPS, 2012). Le déficit céréalier, en régression sur la dernière décennie, est comblé par des importations représentant 6 pour cent de la production céréalière en 2010-2011 contre plus de 9 pour cent en 2001-2002.

Les sècheresses de 2011-2012, accentué par l’instabilité politique et le prix encore élevés des céréales provoquent une insécurité alimentaire et de forts taux de malnutrition (taux de malnutrition aiguë globale de 8,9 pour cent en 2012, mais supérieur au seuil de 10 pour cent pour deux régions Kayes et Ségou). L’aide alimentaire comble ponctuellement le déficit alimentaire et en particulier céréalier.

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.