Español || Français
      AQUASTAT Home        About AQUASTAT     FAO Water    Statistics at FAO

Featured products

Main Database
Dams
Global map of irrigation areas
Irrigation water use
Water and gender
Climate info tool
Institutions

Geographical entities

Countries, regions, river basins

Themes

Water resources
Water uses
Irrigation and drainage
Wastewater
Institutional framework
Other themes

Information type

Datasets
Publications
Summary tables
Maps and spatial data
Glossary

Info for the media

Did you know...?
Visualizations and infographics
SDG Target 6.4
KWIP
UNW Briefs
     

Read the full profile

Mali

Perspectives pour la gestion de l’eau en agriculture

A l’horizon 2025, il est prévu que les 566 500 ha facilement aménageables soient équipés pour l’irrigation (CLISS, 2000). L’aménagement de ces superficies passe, dans une large mesure, par la mobilisation de nouvelles ressources en eau grâce à la construction de nouveaux barrages. Deux barrages déjà programmé ont pour objectif l’irrigation de 208 000 ha additionnels. Le seuil de Djenné, en construction sur le Bani, permettra de dériver l’eau pour l’irrigation en submersion contrôlée de 68 000 ha pour la riziculture, les bourgoutières et les besoins halieutiques et piscicoles. Le barrage de Taoussa sur le Niger, dont la construction aurait due démarrer en 2012 d’une capacité de 3 km3, devrait permettre l’irrigation de 140 000 ha à l’horizon 2025. Par ailleurs, le barrage de Fomi, également sur le Niger mais en Guinée, et d’une capacité de 3,7 km3, permettra surtout de régulariser le débit d’étiage à Markala augmentant ainsi les quantités d’eau disponible pour les cultures irriguées de l’Office du Niger.

Pour pallier aux déficits continus et prolongés de la pluviométrie entraînant une perte des superficies inondables, les casiers de submersion contrôlée sont de plus en plus fréquemment transformés en périmètre irrigué à maîtrise totale permettant de s’affranchir de la pluviométrie. De plus, au regard de cette diminution des ressources en eau, le ministère de l’agriculture intègre le changement climatique dans les scénarii de développement en adoptant les techniques d’aménagements hydro-agricoles beaucoup plus économiques (telles que l’aspersion, le goutte-à-goutte). Plus généralement, le gouvernement a élaboré le Programme d’Action National d’Adaptation (PANA) aux changements climatiques ayant comme priorité une utilisation optimale des ressources en eau par l’agriculture au sens large (incluant l’élevage et la pêche). Enfin, une autre stratégie d’adaptation s’intéresse à la collecte des eaux de pluie avec la mise en place en 2010 du Centre d’expertise pour la collecte de l’eau de pluie (CECEP).

     
   
   
             

^ go to top ^

       Quote as: FAO. 2016. AQUASTAT website. Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). Website accessed on [yyyy/mm/dd].
      © FAO, 2016   |   Questions or feedback?    [email protected]
       Your access to AQUASTAT and use of any of its information or data is subject to the terms and conditions laid down in the User Agreement.