English || Español
    AQUASTAT Accueil        À propos d'AQUASTAT   FAO Eau     Les statistiques à la FAO

Produits phares

Base de Données Principale
Barrages
Carte mondiale des superficies d'irrigation
L'eau pour l'irrigation
L'eau et le genre
Outil d'info climatique
Institutions

Entités géographiques

Pays, régions, bassins fluviaux

Thèmes

Ressources en eau
Usages de l'eau
Irrigation et drainage
Eaux usées
Cadre institutionnel
Autres thèmes

Type d'information

Ensembles de données
Publications
Tableaux récapitulatifs
Cartes et données spatiales
Glossaire

Info pour les médias

Le saviez-vous...?
Visualisations et infographies
ODD Cible 6.4
KWIP
UNW Synthèses
     

Le saviez-vous...?

Faits et chiffres sur


Précipitation et ressources en eau renouvelables Prélèvement d'eau et pression sur les ressources en eau Irrigation, cultures irriguées, environnement

Pour une aperçu rapide, cliquez sur les infographies "Prélèvement d'eau" et "Stress hydrique" ci-dessous.

  

Aller à la page Visualisations et infographies pour plus de présentations visuelles.

Prélèvement d'eau et pression sur les ressources en eau

Le prélèvement d'eau

Le prélèvement d'eau désigne l'eau extraite de sa source pour un usage spécifique. Les principaux secteurs consommateurs d’eau sont l'agriculture irriguée, l'industrie et les municipalités

Les volumes d'eau prélevés varient largement, aussi bien géographiquement qu'entre les différents secteurs:

  • Le prélèvement d'eau mondial a augmenté de moins de 600 km3/an en 1900 à près de 4 000 km3/an en 2010.

  • À l'echelle mondiale, au cours du siècle dernier le prélèvement d'eau a augmenté 1.7 fois plus vite que la population.

  • L'agriculture – y compris l'irrigation, l'élevage (abreuvement et nettoyage) et l'aquaculture – prélève 69 pour cent de l'eau disponible dans le monde et se classe au premier rang des principaux secteurs utilisateurs d'eau.

  • L'importance des volumes prélevés pour l'agriculture dépend principalement du climat et de la place de l'agriculture dans l'économie. Cela peut varier de 21 pour cent du prélèvement d'eau total en Europe à 82 pour cent en Afrique.

  • 27 pays affectent à l'agriculture plus de 90 pour cent de leur volume d'eau prélevé; 8 d'entre eux lui réservent même plus de 95 pour cent des prélèvements. En revanche, 36 pays consacrent moins de 10 pour cent de ces ressources à des usages agricoles et 24 pays moins de 5 pour cent, la plupart d'entre eux situés en Europe dans des régions non méditerranéennes caractérisées par un climat modéré et une place moins importante du secteur agricole dans l'économie.

  • Les besoins totaux annuels en eau d'irrigation représentent 1 500 km3 à l'échelle mondiale. Pour répondre à ces besoins, environ 2 700 km3 sont prélevés de sources renouvelables, non renouvelables et non conventionnelles, notamment par l'utilisation directe d'eaux usées, d'eaux agricoles de drainage et, dans de rares cas (en raison du coût), d'eaux dessalées.

  • Le prélèvement d'eau pour les municipalités, qui compte pour 12 pour cent du total mondial des eaux prélevées, oscille entre 9 pour cent de ce volume total en Asie, 22 pour cent en Europe et 26 pour cent en Océanie.

  • Le prélèvement d'eau pour des usages industriels représente 19 pour cent du total des eaux prélevées avec de larges variations géographiques. Alors qu'en Afrique sub-saharienne 5 pour cent seulement du volume prélevé est destiné à l'industrie, la proportion réservée au secteur industriel atteint 50 pour cent en Amérique du Nord et dans le Nord de l'Europe et 65 pour cent en Europe occidentale, centrale et orientale.

  • Aux États-Unis, 90 pour cent de l'eau prélevée pour les industries sert au refroidissement des installations thermoélectriques.

  • Environ 64 pour cent de l'eau prélevée dans le monde est captée sur le continent asiatique et plus de la moitié en Asie du Sud et de l'Est. En même temps, cette région abrite aussi plus de la moitié de la population mondiale et contient près de 60 pour cent de la superficie mondiale équipée pour l'irrigation.
La pression sur les ressources en eau renouvelables
  • Les ressources d'eau douce renouvelables par personne constituent un indicateur très simple de manque d'eau au niveau national. On parle de stress sur les ressources en eau à partir du moment où le volume d'eau disponible d’un pays est inférieur à 1 700 m3/an soit 4 600 litres/jour par personne. Une fois franchi le seuil des 1 000 m3/ans soit 2 700 litres/jour par personne, on se trouve confronté à une situation de rareté des ressources hydriques. La rareté absolue de l'eau se produit lorsqu’un pays dispose de moins de 500 m3/an soit à peu près 1 400 litres/jours par personne. Selon ces définitions, 49 pays connaissent une situation de stress, 9 ont atteint un stade de déficit et 21 font face à une situation de rareté absolue des ressources en eau.

  • On estime qu'il faut entre 2 000 et 5 000 litres d'eau pour produire l'alimentation quotidienne d'une personne et répondre aux besoins journaliers en eau de boisson et d'assainissement, cette quantité variant selon le régime alimentaire et le style de vie.

  • L'indicateur sur l'eau des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) montre le prélèvement d'eau douce en pourcentage des ressources en eau renouvelables et reflète aussi la pression exercée sur ces ressources.

  • Les ressources en eau d'un pays peuvent être définies comme étant en situation de stress lorsque plus de 25 pour cent des ressources d'eau douce sont prélevées; à un stade de rareté physique lorsque le prélèvement atteint plus de 60 pour cent; et de rareté physique sévère lorsque le prélèvement dépasse les 75 pour cent. Si l'on tient compte de ces seuils, on constate une intensification du stress sur les ressources en eau, qui touchait 36 pays en 1998 et 41 pays en 2011. Sur les 41 pays captant plus de 20 pour cent de leurs ressources, 21 en exploitent plus de 60 pour cent et parmi ceux-ci 15 en prélèvent plus de 75 pour cent. Enfin, 10 pays extraient plus de 100 pour cent des ressources d'eau douce renouvelables, dont 7 dans la péninsule Arabique, 1 en Afrique du Nord et 2 en Asie centrale.

  • Lorsqu'un pays prélève plus de 100 pour cent de ses ressources d'eau douce renouvelables, cela signifie qu'il épuise ces ressources ou utilise des eaux souterraines fossiles non renouvelables ou exploite des sources d'eau non conventionnelles comme l'eau dessalée ou des eaux usées.

  • À l'échelle mondiale, seulement 9 pour cent des ressources d'eau douce renouvelables sont exploitées. Au niveau des continents, le prélèvement est inférieur à 5 pour cent pour chacun d’eaux, à l'exception de l'Asie où il atteint 20 pour cent. Cependant, ces statistiques à l'échelle des continents cachent de larges différences entre les régions ainsi qu’à l'intérieur de grands pays comme la Chine et l'Inde.

  • Alors que l'Asie en tant que continent prélève 20 pour cent de ses ressources d'eau douce renouvelables, les volumes extraits varient entre moins de 10 pour cent en Asie du Sud-Est, 20 pour cent en Asie de l'Est, 46 pour cent en Asie du Sud et plus de 50 pour cent en Asie occidentale et centrale.

  • La Chine fait face à une grave pénurie d’eau dans le nord, région aride, alors que le sud, humide, dispose encore de ressources en eau abondantes.

  • Les chiffres indiquent clairement une surexploitation des ressources d'eau douce totales dans la péninsule Arabique et en Afrique du Nord, ces deux régions prélevant respectivement plus de 500 pour cent et 175 pour cent de leurs ressources renouvelables.

  • Certains pays européens figurent parmi les 45 pays où les ressources en eau sont soumises à un stress, leurs prélèvements excédant 20 pour cent de leurs ressources d'eau douce renouvelables.

  • Paradoxalement, seuls les pays de l'Océanie, le continent le plus sec, n’enregistrent pas de stress, du fait de leur faible densité de population. Toutefois, les données nationales dissimulent de fortes disparités à l'intérieur des pays, en particulier dans les pays les plus grands. Par exemple, certaines régions de l'Australie connaissent une situation de stress du fait de la forte densité de population ou de l'importance de l’agriculture irriguée alors qu'au niveau national 2 pour cent seulement des ressources en eau renouvelables sont prélevées.

  • Dans les Caraïbes, l'une des régions les plus humides, les ressources en eau de certains petits États insulaires, notamment à la Barbade, sont en situation de stress, principalement en raison de la forte densité de population.

  • Plusieurs pays du Proche Orient, de l'Afrique du Nord, de l'Asie du Sud et de l'Est et de l'Amérique centrale enregistrent une surexploitation locale des eaux souterraines.

[Préparé en décembre 2014]

Dans les images, voir:
arrow Proportion des ressources en eau prélevées: Indicateur sur l'eau des OMD
arrow Proportion des ressources en eau renouvelables prélevées pour l'agriculture
arrow Prélèvement d'eau par habitant
arrow Proportion du prélèvement d'eau total destiné à l'agriculture

Pour les données régionales, voir:
arrow Prélèvement d’eau par secteur

Pour les données nationales, voir:
arrow Principale base de données AQUASTAT par pays

Note:
1 km3 = 1 000 000 000 m3 = 400 000 Olympic-sized swimming pools (50x25x2m)
1 m3 = 1 000 litres = 35.3 cubic feet = 264.17 US gallons
     
   
   
       
arrow Format d'impression
     

^ haut de page ^

   Citer comme suit: FAO. 2016. Site web AQUASTAT. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Site consulté le [aaaa/mm/jj].
  © FAO, 2016   |   Questions ou commentaires?    aquastat@fao.org
   Votre accès à AQUASTAT et l’utilisation de toute information ou donnée est soumis aux termes et conditions spécifiés dans le User Agreement.