FAO.org

Accueil > Partenaires > Coopératives et organisations de producteurs

Coopératives et organisations de producteurs

Les coopératives sont des organisations autonomes de membres qui reposent sur des principes de non discrimination.  Elles offrent toute une gamme de services à leurs membres (femmes, hommes et jeunes)- notamment des débouchés sur le marché, et leur donnent la capacité d’agir. Les coopératives représentent un modèle unique d’entreprise dotée d’une conscience sociale. Les coopératives agricoles et alimentaires sont des vecteurs importants de réduction de la pauvreté et création d’emplois, contribuant au développement socio-économique et, en définitive, à la sécurité alimentaire.

Les coopératives sont en mesure d’offrir un large éventail de services à leurs membres, en particulier l’accès aux facteurs de production, aux marchés, à l’information et à la communication. Elles permettent également à leurs membres d’accéder aux ressources naturelles et à leur gestion et d’avoir voix au chapitre dans les processus décisionnels qui infléchissent les politiques.

Les coopératives agricoles et alimentaires représentent une part significative du secteur coopératif mondial dans les pays développés comme dans les pays en développement. Trente pour cent des 300 plus grandes coopératives sont du domaine agricole. Elles peuvent revêtir des formes très diverses, depuis les petites associations communautaires jusqu’aux syndicats, fédérations et chambres d’agriculture. A l’échelle mondiale, les coopératives comptent plus d’1 milliard de membres, dont une grande part dans le secteur agricole.

Au Brésil, les coopératives assurent 37 pour cent du PIB agricole; en Égypte, 4 millions d’agriculteurs sont membres de coopératives; en Éthiopie, ils sont 900 000; et en Inde, 16,5 millions de litres de lait sont collectés chaque jour auprès de 12 millions d’agriculteurs de coopératives laitières. En Europe, les coopératives agricoles détiennent environ 60 pour cent des parts du marché de la transformation et de la commercialisation des denrées agricoles, et d’environ 50 pour cent de l’offre d’intrants.

Les coopératives ne sont en mesure de prospérer et de servir de vecteur d’inclusion et d’intégration au marché  que si elles ont les moyens d’agir et qu’elles disposent d’un contexte favorable. Autrement dit, elles ont besoin de politiques judicieuses, de leviers économiques, d’un cadre réglementaire et juridique favorable et de cadres participatifs leur permettant de consulter et d’engager un dialogue avec les diverses parties prenantes, et tout particulièrement les décideurs.
 
La FAO est l’organisme chef de file garantissant que les coopératives agricoles soient reconnues à l’agenda international. La FAO encourage les États membres à créer des environnements propices à l’amélioration des moyens d’existence des petits producteurs, à savoir: des politiques favorables, des cadres juridiques transparents et des leviers économiques, ainsi que des cadres consultatifs pour des dialogues de politique entre les gouvernements et les diverses parties prenantes, notamment les organisations de producteurs et les coopératives.  Ces cadres visent à garantir leur représentation dans les processus décisionnels.

L’Année internationale des coopératives

Le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a réaffirmé la volonté de l’Organisation de renforcer les partenariats avec les coopératives agricoles et les organisations de producteurs, en proclamant comme thème de la Journée mondiale de l’alimentation 2012, célébrée dans plus de 150 pays, “les coopératives agricoles nourrissent le monde“.

Dans le cadre de l’Année internationale des coopératives, la FAO s’est associée aux autres organisations basées à Rome – le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) – outre le Comité pour la promotion de l’action coopérative (COPAC) et d’autres organismes des Nations Unies, afin de promouvoir et renforcer la prise de conscience sur le rôle des coopératives agricoles et alimentaires dans la création d’emplois, la réduction de la pauvreté et l’amélioration de la sécurité alimentaire.