Great Green Wall for the Sahara and Sahel Initiative
 

Atelier Régional de lancement d'un projet transfrontalier Grande Muraille Verte (Burkina Faso, Mali, Niger)

02 April 2013

Kew Millennium Seed Bank a travaillé avec les gouvernements et les organisations forestières et agricoles pour éliminer les obstacles techniques à l'utilisation des espèces locales de valeur utilitaire dans les activités de reboisement, d'agro-foresterie ou de restauration des habitats et écosystèmes. Les contraintes techniques qui réduisent la gamme d’espèces locales disponibles pour ces activités comprennent entre autre le manque d'installations et de personnel qualifié, la disponibilité des semences de qualité, leur mauvaise germination et les difficultés de manutention, de stockage et de conservation. D'importants investissements en temps, argent et effort de recherche par le MSB et ses institutions partenaires ont donné lieu à l’atténuation de beaucoup de ces obstacles techniques. Cependant, avec les préoccupations croissantes liées à la disponibilité des terres, la sécurité alimentaire, la rareté de l'eau et le changement climatique, le plaidoyer pour la plantation à faibles intrants, d’espèces locales bien adaptées n'a jamais été aussi solide. Au cours des 10 prochaines années, le MSB s'engage à soutenir l'innovation et l'adaptation en permettant l'utilisation d'espèces locales semi-domestiquées et sous-utilisées en foresterie, agriculture, horticulture et la restauration des habitats.

La FAO Département Forêts, soutient également ce programme, à travers l’appui apporté aux pays en matière de conservation et utilisation durable des ressources génétiques forestières ainsi que l’élaboration de lignes directrices pour la mise en place de paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides.

Par ailleurs, la FAO est engagée avec l’Union Européenne et le Mécanisme Mondial de la CCD à appuyer la Commission de l’Union Africaine et 13 pays partenaires (Algérie, Burkina Faso, Tchad, Djibouti, Egypte, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Gambie, Sénégal et le Soudan) dans la mise en œuvre de l’Initiative de la Grande Muraille Verte. La restauration des forets et terres dégradées en zones arides, a été identifié comme l’un des axes prioritaires dans le cadre des plans d’action de la grande muraille verte élaborés par les pays avec l’assistance technique de la FAO dans le cadre de ce programme d’appui avec l’UE et le Mécanisme mondial. Les ateliers organisés par la FAO en collaboration avec ses partenaires :  à Ouagadougou en juillet 2012 sur les ressources génétiques forestières en Afrique de l’Ouest et du Centre ; à Konya, en mai 2012 et à Dakar  en février 2013 sur les lignes directrices pour la mise en place de paysages forestiers résilients en zones arides,  ont mis l’accent sur la nécessité de renforcer les capacités des acteurs y compris de communautés locales en matière de restauration des terres arides dans les pays de la grande muraille verte  depuis l’approvisionnement de semences de haute qualité, de choix des espèces, de techniques de restauration, de gestion et de valorisation des espaces à restaurer. Ce présent atelier de travail sur le Projet transfrontalier GMV est une des culminations des échanges et de la dynamique créée dans les pays de la GMV et une contribution aux besoins de renforcement identifiés,   impliquant les Communautés à la base, organisations internationales, gouvernements et organisations non-gouvernementales. Les conclusions des travaux seront utilisées pour promouvoir les meilleures pratiques de mise en place des activités avec les communautés, et aider à élaborer une stratégie pour guider les efforts de reboisement communautaire au cours des années à venir.

 

Objectifs de l’atelier

 1)      Développer et finaliser les plans, le management et la stratégie de mise en place du Projet transfrontalier au Burkina, Mali, Niger.

2)      Informer et explorer les contraintes techniques liées aux activités de la GMV associant les plantations des espèces forestières locales (en agro-foresterie, plantations et restauration; mise en défens, in-situ; ex-situ) et leurs exploitations durables- synergie avec les Communautés de base, Gouvernements, ONG et Société Civile.

3)      Identifier les opportunités liées à la reforestation des espèces dans le développement des Communautés; Spécifiquement, comment MSB pourrait supporter plus de production et plantation d’espèces locales.

Photo gallery

Building the African wall