FAO.org

Accueil > Partenaires > Système des Nations Unies et Organisations basées à Rome

Système des Nations Unies et Organisations basées à Rome

Système des Nations Unies

Le système des Nations Unies est un ensemble constitué de l’ONU et de programmes, fonds et institutions spécialisées des Nations Unies. Les programmes, fonds et institutions ont leurs propres organes directeurs, leurs propres budgets et fixent leurs propres normes et directives. Ensemble, ils fournissent une assistance technique et apportent une aide concrète dans presque tous les domaines des sphères économique et sociale

La FAO est une institution spécialisée des Nations Unies et rend compte de ses activités à la Conférence des États Membres de la FAO. Au cours de ses plus de 60 ans d’existence, la FAO a toujours entretenu des liens particuliers avec les autres organismes des Nations Unies avec lesquels elle partage une vision inspirée de buts de développement reconnus à l’échelle internationale, et notamment des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) n°1 sur l’éradication de l’extrême pauvreté et faim, et n°7 sur l 'environnement durable. L’Organisation contribue aux initiatives du système des Nations Unies par le biais de processus intergouvernementaux tels que l’Assemblée générale de l’ONU et le Conseil économique et social (ECOSOC).

Le Directeur général de la FAO fait partie du Conseil des chefs de secrétariat (CCS) dans le cadre duquel se réunissent régulièrement les dirigeants des organisations du système des Nations Unies, sous la présidence du Secrétaire général de l’ONU. Le CCS est le principal instrument d'appui et de renforcement du rôle de coordination des Organes intergouvernementaux des Nations Unies en matière sociale et économique ou questions apparentées. Il synchronise les points forts d'un système décentralisé d'institutions spécialisées en un ensemble cohérent et efficace, et veille à ce que le système des Nations Unies applique aux divers engagements pris par la communauté internationale le principe d'unité dans l'action aux niveaux mondial, régional et national

Toutefois, le contexte de la coopération au développement dans lequel la FAO évolue a subi de profonds changements, avec les résultats issus de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) de 2012, de  l’Examen quadriennal complet (QCPR), et de la Conférence internationale sur la nutrition+21,  qui ont donné un nouvel élan à la collaboration à l’échelle du système des Nations Unies. Par ailleurs, le débat en cours sur l’agenda de développement post-2015 et la mise au point des Objectifs de développement durable (ODD), offre l’occasion d’un changement de cap dans le développement international afin de mettre à profit et développer les atouts des OMD.

Organismes basés à Rome

La FAO, le Fonds international pour le développement agricole (FIDA)  et le Programme alimentaire mondial (PAM) collaborent de diverses manières à la poursuite de l’objectif d’élimination de la faim et de la pauvreté que s’est fixé la communauté mondiale.

En 2009, les trois organisations ont adopté une stratégie de collaboration approuvée par leurs organes directeurs, identifiant des domaines thématiques à moyen terme autour d’un cadre de coopération reposant sur quatre piliers: (i) conseils en matière de politiques, collaboration technique, connaissances et partage de données; (ii) opérations; (iii) activités de plaidoyer et de communication; et (iv) collaboration administrative.

Plus récemment, cette collaboration se concentre sur l’élaboration d’orientations de politique offertes par les nouveaux cadres stratégiques des trois organisations et leurs priorités stratégiques communes.

En tirant parti des forces et des domaines de compétence spécifiques à chaque organisation, la FAO, le FIDA et le PAM visent, ensemble, à assurer la sécurité alimentaire et le développement agricole durable sur le long terme. Les trois institutions collaborent avec pour ambition commune de mener une action sur deux fronts pour, d’une part, réduire la faim grâce à une aide alimentaire, à un appui nutritionnel et à des filets de protection sociale et, d’autre part, éliminer les causes profondes de la faim et de la pauvreté  grâce à un soutien à long terme du développement agricole et des petits exploitants.