FAO.org

Accueil > Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture > Nouvelles > News detail fr
Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture

20 bénéficiaires de subventions provenant de 20 pays se rencontrent à Rome

05/11/2018

Relier les niveaux local et mondial à travers le Fonds pour le partage des avantages

26 octobre 2018, Rome, Italie - Pour la première fois de son existence, le Fonds pour le partage des avantages (BSF en anglais) du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture de la FAO a réuni tous les bénéficiaires d’une subvention dans le cadre du 4ème appel à propositions de projets au titre du Fonds au siège de la FAO à Rome.

« Nous avons organisé, auparavent,des ateliers régionaux distincts pour les participants aux projets au titre du BSF dans différentes parties du monde, mais cette fois-ci, nous avons pensé qu'il serait plus avantageux de réunir tout le monde ici à Rome », a déclaré Kent Nnadozie, Secrétaire du Traité international. «De cette façon, tout le monde collabore au développement de l'approche programmatique du Fonds pour le partage des avantages et comprend mieux la place de son projet dans le contexte plus large du programme du Fonds pour la conservation et l'utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture. »

Au début de cette année, le Bureau du huitième Organe directeur du Traité international a sélectionné les 20 meilleures propositions de projets à financer dans le cadre du 4e cycle de projets qui seront appuyées par le Fonds pour le partage des avantages (BSF-4). Les 20 projets au titre du BSF-4 sont tous orientés vers la conservation et l'utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, avec pour objectif général de renforcer la résilience des agriculteurs face au changement climatique et d'améliorer la situation de leur sécurité alimentaire, contribuant ainsi au Programme de développement durable à l’horizon de 2030. Le BSF-4 met également l'accent sur les nouveaux partenariats, apportant la technologie et le savoir au niveau de la communauté et de la ferme, et soulignant le rôle important des femmes dans la gestion de la biodiversité, l'agriculture et le développement rural.

Ces 20 bénéficiaires finalistes ont été sélectionnés sur la base de critères stricts et des recommandations formulées par un groupe indépendant d’experts, qui ont examiné près de 500 pré-propositions avant de transmettre leurs avis au Bureau. Le 4e  cycle du BSF investira au moins 6 millions de dollars (USD) dans ces 20 projets dans 29 pays en développement au cours des quatre prochaines années.

Au cours de l'atelier qui a duré une semaine à Rome, les participants aux 20 projets du BSF-4 sélectionnés ont pu se familiariser avec le Traité international, le Fonds pour le partage des avantages, les droits des agriculteurs, l'intégration de la parité hommes-femmes, la promotion de la biodiversité agricole, la contribution au Système mondial d'information et le développement des partenariats et des techniques de communication efficaces. Ils ont également entendu des témoignages apportés par des pays donateurs et ont suivi des formations individuelles avec le personnel clé du Secrétariat du Traité international, au cours desquelles ils ont reçu des conseils à propos de projets spécifiques sur la meilleure manière de parfaire leurs pré-propositions en propositions complètes prêtes à être mises en œuvre.

  « Nous avons reçu de nombreuses réponses à nos questions», a déclaré Maeen Ali Al-Jarmouzi, de la Direction de la recherche et de la vulgarisation agricoles du Yémen. « Nous allons bénéficier de cet échange d'informations et de connaissances ».
Birte Nass-Komolong, de l'Institut national de recherche agricole de Papouasie-Nouvelle-Guinée, a qualifié l'atelier BSF-4 comme étant «une rare occasion pour ceux qui aspirent à une subvention d'interagir directement avec ceux qui la fournissent» et a déclaré que de telles discussions devraient contribuer à la réussite des projets.  
  Cet atelier organisé par le Traité international m'a ouvert les yeux, car j’ai pu apprendre beaucoup plus sur différentes propositions de projets venant du monde entier », a déclaré Rinchin Dorji, du Centre national de la biodiversité, ministère de l'Agriculture et des Forêts du Bhoutan. "Je pense que c'était aussi une bonne occasion de construire un réseau d'organisations concernées du monde entier ».
« Nous avons appris comment nous devrions assurer un lien avec les agriculteurs qui, selon nous, sont les gardiens de la plupart des variétés locales, ainsi que des races locales», a déclaré Kennedy Katazo Muimui de l'Institut de recherche en agriculture de la Zambie. « Nous avons également appris à intégrer les questions de genre dans nos projets.»  

L'appel à propositions pour le 4e cycle de projets au titre du BSF a été lancé en décembre 2017 et devrait commencer au début 2019.

À ce jour, le Fonds pour le partage des avantages du Traité international a investi plus de 20 millions de dollars (USD) dans 61 projets menés dans 55 pays en développement au cours de trois cycles de projets, ce qui a eu un impact positif sur la vie d’un million de personnes environ. Les projets au titre du BSF ont soutenu le développement, les tests et l'utilisation de cultures résilientes au climat, donnant lieu à plus de 1000 accessions présentant des caractéristiques adaptatives, qui sont maintenant mises à disposition de la communauté internationale scientifique et de sélection internationale dans le cadre du Système multilatéral d’accès et de partage des avantages du Traité international. 

#ChangementClimatique #Biodiversité #PartageDesAvantages #Agriculteurs #SécuritéAlimentaire #ObjectifsDéveloppementDurable @PlantTreaty

 

 

Partagez