FAO.org

Accueil > Appui aux politiques et gouvernance > Thèmes de politiques > Pertes et gaspillages alimentaires
Appui aux politiques et gouvernance
© FAO photo library

Pertes et gaspillages alimentaires

Environ 30 % de la production mondiale de denrées alimentaires destinées à la consommation humaine se perdent ou sont gaspillés chaque année. Ce pourcentage équivaut à 1,3 milliard de tonnes de nourriture, à un coût économique d’environ 1 000 milliards de dollars, à un coût environnemental d’environ 700 milliards de dollars et à un coût social d’environ 900 milliards de dollars.

Prévenir et réduire activement les pertes et les gaspillages alimentaires.

L’approche de prévention et de réduction des pertes et des gaspillages alimentaires découle d’une vision globale prônant la durabilité des systèmes alimentaires ainsi que la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous.

La FAO collabore avec tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, de la production aux consommateurs finaux en passant par les activités post-récolte, le stockage, la transformation et la distribution.

L’Organisation apporte son soutien aux politiques mondiales, régionales, nationales et locales adaptées ainsi qu’aux interventions techniques. Elle en promeut également les résultats par le biais de mesures incitatives et de cadres réglementaires.

La FAO collabore avec les secteurs public et privé et la société civile au sein de l’Initiative mondiale de réduction des pertes et du gaspillage alimentaires.

Messages clés

  • Les pertes et les gaspillages alimentaires peuvent et doivent faire l’objet de mesures draconiennes de prévention et de réduction. Les investissements dans la prévention garantissent mieux la sécurité et la valeur nutritionnelle des aliments destinés à la consommation humaine que ceux visant uniquement l’augmentation de la production alimentaire.
  • Les pertes et les gaspillages de nourriture entraînent des pertes économiques pour tous les acteurs des chaînes d’approvisionnement alimentaires, y compris les consommateurs finaux. Ils signalent également un emploi extrêmement inefficace des ressources (p. ex., main d’œuvre, eau, énergie et terres) dont les répercussions sur le climat et les sociétés pourraient être évitées.
  • La lutte contre les pertes et les gaspillages alimentaires constitue un but spécifique des Objectifs de développement durable convenus à l’échelle internationale (cible 12.3, qui contribue également directement à la cible 12.5 et à l’ODD 2) et un élément clé du Défi Faim zéro.
  • Le changement dépendra de la sensibilisation des populations associée à des politiques factuelles facilitant la conception de mesures incitatives ciblées et de cadres réglementaires. Les politiques, les stratégies, les interventions et les technologies tireront profit de la disponibilité accrue de données de meilleure qualité, ainsi que de l’harmonisation de la terminologie, des définitions et des méthodologies.
  • Des processus faisant intervenir conjointement le secteur public, le secteur privé et la société civile faciliteront la définition d’objectifs locaux, nationaux, régionaux et mondiaux, sensibiliseront l’ensemble des parties prenantes, permettront de cibler les efforts, mobiliseront les ressources et garantiront l’action.

Ressources mises en avant

Share this page