Portail de l'appui aux politiques et de la gouvernance
©FAO/Virginija Morgan

Genre

L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes sont essentielles pour mettre un terme à la faim, à la malnutrition et à la pauvreté. Dans les pays à faible revenu, les femmes représentent 48 % de la main d’œuvre agricole et constituent des agents du changement cruciaux. Agricultrices, ouvrières agricoles, transformatrices alimentaires, commerçantes, chefs d’entreprise et leaders communautaires, elles jouent un rôle déterminant dans les économies rurales, la gestion des ressources naturelles et la production alimentaire et apportent une contribution majeure à la sécurité alimentaire, à la nutrition et au bien-être des familles et des communautés.

Autonomiser les femmes et réaliser l’égalité des sexes.

Les femmes rencontrent davantage de difficultés que les hommes pour accéder aux ressources, aux services, aux institutions, aux marchés, à des emplois décents et à d’autres opportunités économiques. Notables dans l’agriculture, les disparités entre les sexes empêchent les femmes de réaliser tout leur potentiel et sapent la production agricole et le développement rural.

En collaboration avec ses États membres et des partenaires, la FAO conçoit et met en œuvre des législations, des politiques et des programmes visant l’équité entre les hommes et les femmes. Ses actions prioritaires sont les suivantes : augmentation de l’accès et du contrôle des femmes sur les ressources productives, mise en place de chaînes de valeur tenant compte des sexospécificités et investissement dans des technologies à faible coefficient de main d’œuvre.

Messages clés

  • L’égalité entre les sexes est essentielle pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition ainsi que pour réaliser l’ensemble des Objectifs de développement durable.
  • Si les femmes bénéficiaient du même accès que les hommes aux ressources productives et aux services, elles seraient en mesure d’augmenter considérablement le rendement de leurs exploitations, avec pour conséquence la réduction du nombre de victimes de la faim dans le monde.
  • La COVID-19 touche plus durement les capacités productives, reproductives et génératrices de revenu des femmes rurales. De ce fait, elle diminue leurs opportunités économiques et leur accès à des aliments nutritifs tout en alourdissant leur charge de travail et en augmentant le risque de violence sexiste.
  • Il est crucial d’investir dans le leadership des femmes et de les faire participer à la conception et à la mise en œuvre des stratégies de réponse à la COVID-19 pour correctement prendre en compte leur point de vue et leurs besoins.
  • Afin de mettre un terme aux disparités entre les sexes dans l’agriculture, les politiques doivent s’attaquer aux causes des inégalités et inverser les normes et les pratiques discriminatoires qui les perpétuent.

Ressources mises en avant

Share this page