FAO.org

Accueil > Appui aux politiques et gouvernance > Thèmes de politiques > Nutrition et systèmes alimentaires
Appui aux politiques et gouvernance
©FAO/Noel Celis

Nutrition et systèmes alimentaires

La malnutrition concerne tous les pays et une personne sur trois. Elle prend de multiples formes, de la faim chronique aux carences en oligo-éléments et du retard de croissance à l’obésité. 

La nutrition dépend de ce que nous mangeons. La protection et la promotion d’une alimentation saine devraient constituer l’objectif central des politiques en matière de systèmes alimentaires et d’agriculture.

L’agriculture, les pêches, l’élevage et les forêts produisent les aliments diversifiés, sûrs et nutritifs dont nous avons besoin. Le renforcement de leur impact nutritionnel nécessite de s’intéresser à tous les maillons de la chaîne de valeur : depuis la promotion de sols sains et la protection de la biodiversité jusqu’aux modes de stockage, de transport, de transformation et de commercialisation des denrées alimentaires en passant par le choix des intrants et des types de production.
 
La FAO appelle à modifier les politiques, y compris les mesures incitatives économiques et les réglementations régissant la commercialisation, afin d’encourager la production et la consommation d’aliments sains. L’Organisation facilite également le dialogue de haut niveau entre les gouvernements et leurs partenaires dans le but d’élaborer des normes et des approches communes en matière de systèmes alimentaires durables et d’alimentation saine.

Messages clés

  • Les graves problèmes nutritionnels qui touchent plus de 2 milliards de personnes dans le monde, notamment dans les pays en développement, requièrent de modifier en profondeur nos systèmes alimentaires et nos modes de consommation actuels.
  • À l’échelle mondiale, la malnutrition coûte plusieurs billions de dollars en raison de la perte de productivité et de la hausse du coût de la santé qu’elle entraîne. Investir dans la nutrition constitue donc à la fois une obligation morale et un investissement économique judicieux.
  • Il conviendrait également de prendre des mesures spécifiques afin que les politiques et les investissements en matière de systèmes alimentaires et d’agriculture tiennent compte de la nutrition. L’intégration et la coordination de la nutrition dans les politiques sectorielles sont indispensables, non seulement concernant les ministères de l’Agriculture et de la Santé mais aussi les domaines du bien-être social, de l’éducation, du commerce et de l’industrie, de la finance, de la planification, de l’eau et de l’assainissement.
  • Les politiques cruciales à mener concernent la protection sociale, l’appui à l’agriculture durable, des efforts massifs d’éducation à la nutrition et des interventions nutritionnelles spécifiques auprès des enfants de moins de cinq ans afin de rompre le cycle de la malnutrition.
    Il faut considérablement augmenter l’engagement et le financement de la nutrition pour relever le Défi Faim zéro en liaison avec le deuxième objectif de développement durable (ODD) qui vise l’éradication de la malnutrition sous toutes ses formes d'ici 2030.

Ressources mises en avant

Share this page