FAO.org

Accueil > Action mondiale en faveur des services de pollinisation pour une agriculture durable, lancée par la FAO > Historique
Action mondiale en faveur des services de pollinisation pour une agriculture durable, lancée par la FAO

Pollinisation et moyens d'existence des populations

Pourquoi s'intéresser à la pollinisation?

La pollinisation est un processus fondamental dans les écosystèmes terrestres naturels et gérés par l'homme. Elle contribue de manière essentielle à la production alimentaire et aux moyens d'existence et établit un lien direct entre les écosystèmes sauvages et les systèmes de production agricole.  La très grande majorité des espèces de plantes à fleurs ne produisent des graines que si des animaux pollinisateurs transportent du pollen des anthères aux stigmates des fleurs. Sans ce service, de nombreuses espèces interdépendantes et de nombreux processus fonctionnant au sein d'un même écosystème disparaîtraient.

Prenant acte des incidences d'une «crise de la pollinisation» et de ses liens avec la biodiversité et les moyens d'existence, la Convention sur la diversité biologique a placé la conservation et l'utilisation durable des pollinisateurs au rang des priorités absolues. À la cinquième Conférence des Parties (COP V) en 2000, une Initiative internationale pour la conservation et l'utilisation durable des pollinisateurs (ou Initiative internationale sur les pollinisateurs) a été lancée (décision V/5, section II).

Des initiatives, programmes et projets régionaux s'efforcent d'atteindre un objectif commun, qui est de promouvoir la conservation, la restauration et l'utilisation durable de la diversité des pollinisateurs dans l'agriculture et les écosystèmes connexes. Le présent site web publie des informations sur ces initiatives, les outils utilisés et les réalisations effectuées, qui peuvent être consultées en cliquant sur les liens affichés.

Qu'est-ce que la pollinisation?

Avantage d'une plus grande diversité

La diversité des pollinisateurs et des systèmes de pollinisation est prodigieuse. La plupart des 25 à 30 000 espèces d'abeilles sont des pollinisateurs efficaces et, de pair avec les mouches, les guêpes, les coléoptères et les lépidoptères, ces insectes représentent la majorité des espèces pollinisatrices.  Les pollinisateurs vertébrés sont, entre autres, les chauves-souris, quelques mammifères non volants (plusieurs espèces de singes, rongeurs, lémuriens, écureuils arboricoles, olingos et kinkajous) et des oiseaux (colibris, nectarinidés et autres oiseaux nectarivores et quelques espèces de perroquets). Les connaissances actuelles concernant le processus de pollinisation montrent que s'il existe bien des liens spécialisés intéressants entre les plantes et leurs pollinisateurs, la présence de pollinisateurs abondants et variés assure des conditions optimales pour de bons services de pollinisation.

Écosystèmes tropicaux et montagneux dépendant fortement des pollinisateurs

Près de 80 pour cent de toutes les espèces de plantes à fleurs sont adaptées à la pollinisation par des animaux, pour la plupart des insectes. La dépendance des écosystèmes à l'égard des pollinisateurs animaux est supérieure, dans les écosystèmes tropicaux, à la moyenne mondiale. Dans les forêts tropicales d'Amérique centrale, les insectes peuvent être responsables de 95 pour cent de la pollinisation des arbres de canopée, et les vertébrés (chauves-souris et divers autres taxons apparentés) peuvent polliniser de 20 à 25 pour cent des plantes vivant sous la canopée et à des étages inférieurs. Les insectes, quant à eux, pollinisent 50 pour cent de ces plantes. De même, les écosystèmes arides et montagneux sont souvent peuplés de communautés de pollinisateurs extrêmement diversifiées avec des adaptations très minutieuses pour assurer une pollinisation efficace même dans des conditions climatiques instables.

La pollinisation est essentielle pour les moyens d'existence des populations humaines

Dans les agroécosystèmes, les pollinisateurs sont essentiels pour l'arboriculture fruitière, l'horticulture et la production de fourrage, ainsi que pour la production de semences de nombreuses espèces exploitées pour leurs racines et leurs fibres. Près de 35 pour cent de la production agricole mondiale dépend de pollinisateurs comme les abeilles, les oiseaux et les chauves-souris, qui améliorent les rendements de 87 des plantes vivrières les plus cultivées dans le monde, sans compter les nombreuses plantes qui permettent de fabriquer des médicaments. On estime qu'au moins 20 espèces d'animaux autres que les abeilles assurent des services de pollinisation pour les plantes cultivées les plus importantes au niveau de la planète. Concernant la nutrition humaine, les avantages de la pollinisation ne résident pas seulement dans l'abondance de fruits, de noix et de semences qu'elle assure, mais également dans leur variété et leur qualité; la contribution des aliments issus de la pollinisation par des animaux à la diversité nutritionnelle, à un apport vitaminique suffisant et à la qualité des aliments est fondamentale.

Adaptation au changement climatique

Les cultures atteignent une production optimale grâce à l'action de pollinisateurs, notamment les abeilles d'élevage. L'une des meilleures façons de réduire les risques dus au changement climatique est de disposer d'une variété de pollinisateurs aux caractéristiques différentes et réagissant de manière spécifique aux milieux ambiants. Cette diversité donne l'«assurance» qu'il existe des pollinisateurs adaptés aux conditions actuelles mais aussi aux conditions futures. La biodiversité permet d'aider les agroécosystèmes à s'adapter.