FAO.org

Accueil > Le Programme de Développement pour l'après 2015 et les OMD > Les 14 thèmes > Protection sociale
Le Programme de Développement pour l'après 2015 et les OMD
Voir version PDF

Protection sociale

  • La protection sociale fournit un soutien direct des revenus, avec un impact immédiat sur ​​la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.
  • La protection sociale soutient les agriculteurs et les autres ménages ruraux à surmonter les contraintes financières et à mieux gérer les risques, avec des effets positifs sur la production alimentaire et les investissements au niveau des exploitations en agriculture.
  • La protection sociale tend à stimuler l’économie locale, avec des effets de rétroaction positive sur la production agricole, l'emploi rural et la réduction de la pauvreté.
  • La protection sociale peut promouvoir les systèmes alimentaires durables, la gestion des ressources naturelles et les moyens de subsistance plus résistants.
  • La protection sociale favorise le développement du capital humain avec des effets bénéfiques à long terme sur les moyens de subsistance.

Aperçu

L’accès à une protection sociale adéquate demeure un privilège. Aujourd’hui, seulement un cinquième de la population mondiale jouit d’une protection sociale suffisante. 30 pour cent supplémentaire dispose d’une couverture partielle, mais insuffisante, et laisse la moitié du monde privée de toute forme de protection sociale. Les politiques traditionnelles de sécurité sociale sont un élément fondamental de la protection sociale, mais le degré beaucoup plus élevé d'informalité du marché du travail dans la plupart des pays en développement, en particulier dans les campagnes, limite la couverture potentielle des régimes contributifs à atteindre les plus vulnérables.

La plupart des populations touchées par l'insécurité alimentaire, la malnutrition, exposées aux chocs et vulnérables n'ont pas la couverture de la protection sociale. Seule une infime partie des 842 millions de personnes dans le monde considérées comme sous-alimentées ont accès à une certaine forme de protection sociale, dont les programmes de filets de sécurité. La plupart de ces personnes vivent dans des zones rurales et dépendent de l’agriculture.

Les femmes rurales et les jeunes, ainsi que les migrants tendent à être surreprésentés parmi les pauvres et ceux qui n’ont pas accès aux services sociaux de base. Cela les rend particulièrement vulnérables car ils ont tendance à être davantage défavorisés en termes de possibilités d'emploi et d'accès aux ressources productives.

Sans accès à des instruments pour atténuer les risques ou le partage des risques, les familles rurales pauvres sont plus susceptibles de vendre leurs actifs, de passer à des actifs moins risqués, mais à des cultures à faible rendement, ou encore de retirer leurs enfants de l'école pour les mettre au travail, ce qui pourrait affaiblir les perspectives de subsistance.

La protection sociale s’est avérée efficace dans la réduction de la pauvreté et de la faim, dans la construction de la résilience, et dans le même temps dans la promotion d’une croissance plus inclusive et durable. L’accès universel aux soins de santé, à l’éducation et à des suppléments de revenus pour les personnes dans le besoin favorise des sociétés plus saines, plus productives et plus équitables.

Avec la volonté politique nécessaire, la protection sociale est abordable sur le plan financier pour tous les pays - à revenu haut, moyen ou faible – mais avec différents niveaux de provisionnement. Des programmes de transferts sociaux qui combinent le soutien des revenus avec un meilleur accès aux services sociaux, en particulier la santé et l’éducation, ont considérablement réduit la malnutrition et amélioré des capacités génératrices de revenus.  Dernier point, mais non des moindres, la protection sociale est en mesure de transformer les sociétés en aidant à autonomiser les groupes précédemment marginalisés.

Principaux enjeux

Le principal défi pour les gouvernements est d'étendre la protection sociale aux personnes les plus démunies et les plus vulnérables, en particulier dans les zones rurales et le secteur informel urbain. Malgré l’expansion réussie de programmes de protection sociale dans un nombre de pays en développement, atteindre une couverture adéquate des garanties fondamentales de protection sociale reste un défi majeur dans d’autres, et en particulier pour les populations rurales. Lorsque les systèmes de protection sociale ont été élargis avec succès, le coût s’est avéré relativement faible. Par exemple, le coût du brillant programme Bolsa Familia au Brésil s'élève à moins de 1 pour cent du revenu national. Pourtant, de nombreux gouvernements voient les contraintes budgétaires comme un obstacle, bien que la réelle contrainte réside probablement davantage dans la définition des priorités politiques.

Un autre défi est de surmonter les prestations souvent fragmentées de protection sociale indépendamment des autres politiques économiques et sociales. La protection sociale n’est pas une solution miracle et ses effets durables sur le développement ont tendance à être plus importants lorsqu'ils sont en harmonie avec des politiques de développement plus vastes.

Afin de parvenir à une telle harmonie, les synergies potentielles entre les mesures de protection sociale et les résultats de développement doivent être évaluées avec attention. Le degré de l'impact peut varier selon le contexte, mais il a été constaté qu’une meilleure protection sociale dans les zones rurales pauvres pourrait:

  • Aider les ménages à surmonter la sous-alimentation énergétique alimentaire en améliorant leur accès direct aux denrées alimentaires, avec en particulier des effets très positifs des programmes de transfert d’espèces et de transfert en nature sur le bien-être nutritionnel des enfants et des femmes au sein des ménages pauvres ;
  • Soutenir les agriculteurs et les autres ménages ruraux à surmonter les contraintes de liquidité, et mieux gérer les risques avec des effets positifs sur la production alimentaire et les investissements au niveau des exploitations agricoles ;
  • Tirer profit des gains considérables dans l'accès aux services de santé et d'éducation, comme le montre l'augmentation de la scolarisation (surtout pour les filles), la réduction du travail des enfants et l'utilisation des services de santé;
  • Stimuler le développement économique local, par exemple à travers les effets de dépenses de transferts en espèces avec des rétroactions positives sur la production agricole, l'emploi et la réduction de la pauvreté rurale ;
  • Promouvoir des systèmes alimentaires durables et la gestion des ressources naturelles, par exemple lorsque la protection sociale se compose de programmes de travaux publics pour la conservation des terres et la construction de terrasses, améliorer la gestion des ressources en eau et la récolte de l'eau, ainsi que le boisement / reboisement destinés aux ménages pauvres.

Les interventions de protection sociale représentent un élément essentiel des deux aspects de l’approche «duale» de la FAO pour réduire la faim et la pauvreté. Les deux interventions à court et à long terme sont nécessaires. La protection sociale peut établir un pont entre les deux voies. Premièrement, elle aide les ménages à surmonter la sous-alimentation en leur offrant un accès direct à la nourriture ou des moyens pour acheter de la nourriture. Deuxièmement, la protection sociale peut augmenter la croissance de la productivité agricole, améliorer les moyens de subsistance et la nutrition, et promouvoir l'inclusion sociale.

Que faut-il faire ?

Il y a un besoin évident de tisser des liens et de promouvoir une plus grande cohérence et des synergies entre la protection sociale, la sécurité alimentaire, le développement agricole et la réduction de la pauvreté rurale politique. Pour parvenir à leurs impacts désirés sur le développement, les politiques sociales devront aller de pair avec des politiques de développement agricole et rural. Il est également crucial que les différents secteurs du gouvernement travaillent ensemble pour assurer une protection sociale avec succès. L'approche des Socles de Protection Sociale constitue un cadre de politique cohérente qui aborde des vulnérabilités multidimensionnelles d'une manière intégrée et interconnectée.

Les Socles Nationaux de Protection Sociale peuvent combiner des garanties fondamentales de sécurité du revenu avec un accès efficace aux services sociaux essentiels. Cela renforcerait les liens étroits et les synergies potentielles à travers les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable.