FAO.org

Accueil > Le Programme de Développement pour l'après 2015 et les OMD > Contexte
Le Programme de Développement pour l'après 2015 et les OMD

Contexte

Les objectifs actuels pour le développement ont pour origine la Déclaration du Millénaire, une vision partagée entre les dirigeants mondiaux qui fut adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) en 2000. Les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui l'ont suivi servent de jalons pour le développement mondial et national jusqu'à la fin de l'année 2015.

Puisque les OMD arrivent bientôt à leur terme, les États Membres des Nations Unies ont déjà commencé à se tourner vers ceux qui doivent les remplacer. Le processus pour l'après-2015 a comporté deux volets distincts. Dans le premier, le Groupe de travail ouvert (GTO) sur les Objectifs de développement durable (ODD) a été lancé par les États Membres en juin 2012, à l'occasion de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), à Rio de Janeiro. Dans un deuxième temps, le Secrétaire général des Nations Unies (SG), mandaté par l'AGNU, a créé une Équipe spéciale du système des Nations Unies (UNTT), dans la foulée du Sommet sur les OMD en septembre 2010, afin de coordonner l'ensemble des préparatifs, renforcer les réussites du passé et identifier les leçons tirées des OMD. Cette équipe est aussi amenée à soutenir les États Membres en proposant une vision unifiée et une feuille de route pour le "Programme de développement pour l'après-2015". 

 

FAO et l’après 2015

La FAO a été active dans les deux processus parallèles de l’après-2015. Elle a codirigé une des 11 Consultations Thématiques Mondiales (Faim, Sécurité Alimentaire et Nutrition) et elle a soutenu les sessions du GTO sur les ODD en apportant ses connaissances et son expertise aux thèmes liés à la durabilité environnementale, sociale et économique.

Tout en procurant ses connaissances techniques au GTO, l’Organisation a identifié 14 domaines thématiques, dont neuf touchent des questions environnementales (voir les 14 thèmes).

La FAO fournit également des ressources pour parrainer et organiser des manifestations en vue d'informer et d'engager les États membres, les parties prenantes et le public général dans le processus de l’après-2015.

Le Groupe de travail ouvert sur les objectifs de développement durable (ODD)

Un Groupe de travail ouvert (GTO) sur les ODD fut ainsi créé en janvier 2013, appelant à la participation des « parties prenantes ainsi qu’à l'expertise de la société civile, de la communauté scientifique et du système des Nations Unies ». Le GTO a organisé huit sessions d'évaluation sur des thèmes clés liés à la durabilité environnementale, sociale et économique. Ces sessions ont duré 3 à 5 jours, chaque mois, de mars à juin 2013, puis de novembre 2013 à février 2014. Le GTO est passé à la phase de délibération entre les mois de mars et de juillet 2014, débouchant sur un Document Final qui a été  présenté dans son rapport final à l'Assemblée générale en septembre 2014.

Les 11 Consultations Thématiques

La nécessité de s'impliquer davantage fut l'une des leçons fondamentales tirées des OMD. A cette fin, le Secrétaire général a sollicité la contribution d'un large éventail de parties prenantes. Onze Consultations Thématiques Mondiales, près de 100 consultations nationales et régionales ainsi qu’une enquête publique furent organisées entre novembre 2012 et avril 2013, rassemblant l’opinion du grand public, de la société civile et d'autres parties prenantes sur la forme et le contenu des prochains objectifs . Une seconde série de consultations nationales auprès des parties prenantes porte sur les moyens de mise en œuvre.

En juillet 2012, le Secrétaire général a annoncé la création d’un  Groupe de personnalités de haut niveau  (HLPEP, en anglais), composé de 27 personnalités éminentes, chargé de fournir des orientations et des recommandations sur le Programme de développement pour l’après-2015. Le Groupe de haut niveau, constitué de dirigeants du gouvernement, de la société civile et du secteur privé, a publié son Rapport en mai 2013. Ce groupe incluait Amina J. Mohammed (Nigéria), qui avait été nommée Conseillère spéciale auprès du Secrétaire général pour la planification du développement pour l’après-2015. Les consultations et les rapports du Groupe de haut niveau, ainsi que ceux du Pacte mondial des Nations Unies (sociétés), du Réseau des solutions pour le développement durable (science et technologie) et du Service de liaison des Nations Unies avec les organisations non gouvernementales (société civile), ont façonné le rapport du Secrétaire général sur les OMD et l’agenda de l’après-2015 lors de la 68èmesession de l'AGNU. Le Secrétaire général présentera son rapport final sur l’après-2015 fin 2014, synthétisant les différentes  contributions au processus, y compris le rapport du GTO et le rapport du Comité intergouvernemental d'experts sur le financement du développement durable. 

Sommet

Comme décrit dans le Document Final qui fut adopté lors de la manifestation spéciale pour les OMD en septembre 2013, le Secrétaire général présentera un rapport final sur l'après-2015 à la fin de l'année 2014. Ce rapport synthétisera les différentes contributions au processus, notamment celles du GTO sur les ODD et du Comité intergouvernemental d'experts sur le financement du développement durable. Ce rapport présentera également les résultats de la deuxième série de consultations des parties prenantes, qui sera principalement axée sur les moyens de mettre en œuvre le programme de l’après-2015. Les négociations intergouvernementales commenceront ensuite pour aboutir sur un sommet de haut niveau en septembre 2015, où y sera adopté le Programme de développement pour l’après-2015.

 

Extrait du Document Final de la Manifestation Spéciale pour les OMD lors de la 68ème Assemblée Générale des Nations Unies

"Nous soulignons que l’éradication de la pauvreté est l’impératif central et nous sommes déterminés à affranchir d’urgence l’humanité de la faim et de la pauvreté. Sachant que l’élimination de la pauvreté et la promotion du développement durable sont indissociablement liées, nous soulignons qu’il faut mettre en oeuvre une stratégie cohérente qui prenne en compte de façon équilibrée les trois piliers du développement durable, ce qui suppose l’élaboration d’un cadre unique et d’une seule série d’objectifs qui soient universels et applicables à tous les pays, mais tiennent compte des différents contextes nationaux et respectent les politiques et priorités nationales, et concourent à la promotion de la paix et de la sécurité, de la gouvernance démocratique, de la primauté du droit, de l’égalité des sexes et du respect des droits de l’homme pour tous" (Septembre 2013).