FAO.org

Accueil > Le Programme de Développement pour l'après 2015 et les OMD > Les Objectifs du Millénaire pour le Développement > Objectif 1: Éliminer l’extrême pauvreté et la faim
Le Programme de Développement pour l'après 2015 et les OMD

Objectif 1: Éliminer l’extrême pauvreté et la faim

Le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde demeure à un niveau inacceptable en dépit de l'amélioration récente et attendue qui a permis de retomber sous le cap du milliard. La FAO estime que 842 millions de personnes continueront à souffrir de faim chronique en 2011-13.

L’action de la FAO est axée sur divers moyens de réduire la pauvreté et la faim. Elle vise notamment à améliorer la productivité et les revenus de l’agriculture, à promouvoir de meilleures pratiques nutritionnelles à tous les niveaux et à élaborer des programmes renforçant l’accès direct et immédiat à la nourriture pour les plus démunis.

La FAO aide les pays en développement à améliorer les pratiques agricoles, forestières et de pêche afin de gérer leurs ressources forestières, halieutiques et naturelles d’une manière durable et de garantir une bonne nutrition pour tous. La FAO préconise l’augmentation des investissements dans l’agriculture et le développement rural et elle a aidé les gouvernements à mettre en place des programmes nationaux pour la sécurité alimentaire axés sur les petits agriculteurs.

Au titre des interventions d’urgence et de réhabilitation, le savoir-faire dont dispose la FAO dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage, des pêches et des forêts est essentiel. La FAO agit rapidement pour rétablir la capacité de production agricole, renforcer les stratégies de survie des personnes touchées, et leur permettre de réduire leur dépendance à l’égard de l’aide alimentaire. La FAO joue également un rôle primordial en matière de prévention, de planification préalable et d’alerte rapide.

 

OMD1 a 3 cibles

  • Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à un dollar par jour
  • Assurer le plein-emploi et la possibilité pour chacun, y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et productif
  • Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim