Production vivriÈre et fourragÈre
 

v) La production vivrière et fourragère nécessite la sélection de cultures annuelles et pérennes, de leurs cultivars et variétés, pour satisfaire les besoins de consommateurs et des marchés locaux selon leur adaptabilité au site et leur rôle dans la rotation des cultures pour la gestion de la fertilité du sol, la lutte contre les ravageurs et les maladies et leur réponse aux intrants disponibles. Les cultures pérennes sont utilisées pour des options de production à long terme et des cultures intercalaires. Les cultures annuelles sont plantées de manière successive, y compris avec des pâturages, pour maximiser les avantages biologiques des interactions entre les espèces et maintenir la productivité. L'exploitation agricole et l'élevage éliminent les éléments nutritifs du site et doivent être remplacés par d'autres activités pour maintenir la productivité à long terme.

vi) Les bonnes pratiques en matière de production vivrière et fourragère visent notamment à: sélectionner des cultivars et des variétés en fonction de leurs caractéristiques, notamment leur réponse aux calendriers d'ensemencement ou de plantation, leur productivité, leur qualité, leur acceptabilité sur le marché et leur valeur nutritionnelle, leur résistance à la maladie et au stress, leur adaptabilité climatique et édaphique et leur réponse aux engrais et aux produits agrochimiques; concevoir des successions de cultures permettant d'optimiser l'utilisation de la main-d'oeuvre et du matériel et de maximiser les avantages biologiques de la lutte contre les mauvaises herbes par des options mécaniques, biologiques, des herbicides et des espèces concurrentes, par l'introduction de cultures non hôtes pour limiter les maladies et, le cas échéant, par l'inclusion de légumineuses comme source biologique d'azote; épandre des engrais organiques et minéraux, de manière équilibrée, avec des méthodes et du matériel adéquats et à intervalles appropriés pour remplacer les éléments nutritifs extraits durant les récoltes ou perdus durant la production; maximiser la stabilité du sol et des éléments nutritifs en recyclant des cultures et d'autres résidus organiques; intégrer l'élevage dans la rotation des cultures et utiliser le cycle des éléments nutritifs fournis par le bétail au pâturage ou en stabulation pour améliorer la fertilité de toute l'exploitation; assurer une rotation du bétail sur les pâturages pour permettre une repousse saine; et respecter les règles et les normes de sécurité pour le fonctionnement du matériel et des machines utilisés pour la production vivrière et fourragère.

 

retour

 
 
commentaires? écrivez au webmaître