FAO.org

Accueil > Publications
SOFA 2016

La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2016: Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire

L’Accord de Paris, adopté en décembre 2015, est un nouveau départ dans l’action mondiale visant à stabiliser le climat avant qu’il ne soit trop tard. Il reconnaît toute l’importance de la sécurité alimentaire dans la réaction internationale au changement climatique, comme en témoignent les contributions prévues, en terme d’adaptation et d’atténuation, de nombreux pays, qui placent l’agriculture au premier plan.Afin d’aider à traduire ces plans en actions concrètes, le présent rapport met en lumière les stratégies, les modes de financement possibles et les besoins en données et en informations, et brosse un tableau des politiques de transformation et des institutions qui peuvent faire tomber les obstacles à la mise en oeuvre.
Rapport complet
Résumé | Dépliant
Infographie - Atténuation des effets du changement climatique
Infographie - Adaptation aux changements climatiques
Site internet du SOFA 2016
L'e-book IPAD | KINDLE

Dernières parutions

Migration, agriculture et développement rural

Cette brochure s’adresse aux États Membres de la FAO, au système des Nations Unies et aux partenaires potentiels et analyse le rôle joué par l'agriculture et le développement rural et la gestion durable des ressources naturelles pour alléger la pression exercée par la migration en zone rurale. Elle examine également les principaux secteurs où la FAO peut contribuer aux efforts internationaux face aux mouvements de réfugiés et de migrants. Avec ses partenaires, la FAO s'engage à développer ses efforts sur la migration dans les situations humanitaires et les contextes de développement, mettant à profit son avantage comparatif en matière de l'agriculture et de développement rural.

Consulter en ligne

Recentrer la gestion des pêches en Afrique: une approche écosystémique

En 2006, le projet EAF-Nansen démarra avec un objectif large et ambitieux: permettre aux pays côtiers africains de gérer leurs pêcheries afin de protéger la santé des écosystèmes marins. L’accent mis par le projet sur le renforcement des capacités marqua un nouveau départ pour le Programme Nansen − programme de coopération pour le développement qui fonctionna pendant plusieurs décennies. Il s’agissait d’ailleurs d’une initiative pionnière pour le continent africain, où la dégradation de l’environnement s’intensifiait, la sensibilisation à l’importance du contrôle de l’impact des pêches sur les écosystèmes marins était limitée, et il existait peu de données scientifiques sur l’état des écosystèmes marins et l’impact des activités humaines sur ceux-ci. Le gouvernement norvégien rendit cette aventure possible en réorientant l’ancien Programme Nansen, qui soutenait la gestion durable des pêches dans les pays en développement depuis 1974. Cette publication relate les succès du projet EAF-Nansen, les travaux l’ayant précédé et les objectifs de la prochaine phase du projet.

Consulter en ligne

Stimuler les sols africains

Ce livret donne un aperçu de la question relative aux pratiques de la gestion des sols en Afrique. Il présente de manière succinte les 12-Résolutions “Déclaration d’Abuja sur les engrais pour la Révolution Verte Africaine” adoptée en 2006 et contextualise l’adoption en 2014 par le 23ème Sommet de l’Union africaine de la Déclaration de Malabo sur la Croissance et la Transformation accélérées de l’agriculture en Afrique pour une prospérité partagée et de meilleures conditions de vie qui a réaffirmé que l’agriculture devrait rester au premier plan de l’agenda de développement du continent. 

Consulter en ligne

Textes fondamentaux de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée

Les textes fondamentaux de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) sont les instruments institutionnels définissant le mandat, la vision, les fonctions et la démarche stratégique de la Commission. Ils comprennent l’Accord portant création de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée ainsi que son Règlement intérieur et son Règlement financier. Depuis sa création en tant que Conseil en 1949, la CGPM a amendé ses textes fondamentaux à plusieurs reprises. La version actuelle des textes fondamentaux est le résultat d’un processus initié en 2007, après que la vingt-septième session du Comité des pêches de la FAO a décidé qu’une évaluation des performances serait entreprise par l’ensemble des organisations régionales de gestion des pêches en vue de renforcer leur rôle et d’améliorer leur efficacité. En conséquence, la CGPM a lancé, en 2009, une évaluation de ses performances qui s’est déroulée sur une période de consultations de trois ans. Ces travaux ont abouti à un processus complet d’amendement, qui s’est traduit par l’adoption du quatrième amendement à l’Accord portant création de la Commission générale des pêches pour la Méditerranée à la trente-huitième session annuelle de la Commission, en mai 2014. Les textes fondamentaux de la CGPM peuvent être considérés comme un cadre définissant les grandes lignes pour promouvoir, en Méditerranée et en mer Noire, l’utilisation durable et la conservation des ressources biologiques marines de manière responsable, tant sur les plans économique, social qu’environnemental.

Consulter en ligne

Bilan et performance des Boutique d’Intrants et Organisation Paysan au Niger

Depuis plus d’une trentaine d’années, en partenariat avec le Gouvernement nigérien, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appuie l’intensification agricole en soutenant d’avantage la filière des intrants agricoles au Niger. Elle a ainsi conduit de 1980 à 1995 le Programme Engrais Nigérien (PEN) financé par le Gouvernement danois (GCPF/NER/020/DEN) puis, de 1998 à 2008, le projet «Promotion de l’utilisation des intrants agricoles par les organisations de producteurs» ou projet «Intrants» (GCP/NER/038/BEL), financé par le Gouvernement belge. L’objectif général du projet IARBIC est de «contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations les plus vulnérables à travers l’intensification de la production agricole vivrière» et, plus particulièrement, d’«améliorer les rendements des cultures dans l’ensemble de la zone agricole du pays par l’utilisation maîtrisée des engrais à travers le réseau des boutiques d’intrants».

Consulter en ligne

La traçabilité, un outil de gestion pour les entreprises et pour les gouvernements

La traçabilité est définie comme «l’aptitude à retrouver l’historique, l’utilisation ou la localisation d’un article ou d’une activité, au moyen d’une identification enregistrée». Ceci implique deux aspects majeurs: d’une part, l’identification du produit par un marquage, d’autre part, l’enregistrement de données liées à ce produit tout au long de la chaîne de production, de transformation et de distribution. Cette publication se propose de présenter un échantillon de ces différentes expériences en vue de montrer l’intérêt d’une traçabilité maîtrisée, qui tienne compte de l’objectif de l’utilisateur et de l’environnement dans lequel le système sera amené à fonctionner. Elle s’adresse aussi bien aux responsables de grandes entreprises qu’aux gestionnaires de forêts communautaires ou encore aux fonctionnaires d’administrations forestières appelés à développer un système de traçabilité adapté à leurs besoins.

Consulter en ligne

Suivi de la sécurité alimentaire et la nutrition à l’appui du Programme de développement durable à l’horizon 2030: Bilan et perspectives

La présente note d’information rend compte de l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition au début de la mise en oeuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Par ailleurs, elle expose les principaux problèmes de mesure que pose le suivi des progrès accomplis en ce qui concerne le deuxième objectif de développement durable (ODD 2), qui vise à éliminer la faim, à concrétiser la sécurité alimentaire et à promouvoir l’agriculture durable. Enfin, elle met en évidence les liens les plus importants entre, d’une part, les éléments qui relèvent de l’ODD 2 et, d’autre part, l’ODD 2 et les autres ODD, et décrit les difficultés qui se présentent lorsqu’il s’agit de suivre l’amélioration de la sécurité alimentaire, de la nutrition et des systèmes agricoles durables.

Consulter en ligne

Guide OCDE-FAO pour des filières agricoles responsables

La FAO et l’OCDE ont élaboré ce guide pour aider les entreprises à respecter les standards existants de conduite responsable des entreprises et à exercer leur devoir de vigilance dans les filières agricoles afin de faire en sorte que leurs activités n’entraînent pas d’impacts négatifs et contribuent au développement durable. 

Consulter en ligne

La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2016 (SOFA): Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire

Si l’on ne prend pas dès maintenant des mesures pour renforcer la durabilité, la productivité et la résilience de l’agriculture, les répercussions du changement climatique feront peser une lourde menace sur la production alimentaire de pays et de régions déjà fortement exposés à l’insécurité alimentaire.  L’Accord de Paris, adopté en décembre 2015, est un nouveau départ dans l’action mondiale visant à stabiliser le climat avant qu’il ne soit trop tard. Il reconnaît toute l’importance de la sécurité alimentaire dans la réaction internationale au changement climatique, comme en témoignent les contributions prévues, en terme d’adaptation et d’atténuation, de nombreux pays, qui placent l’agriculture au premier plan. Afin d’aider à traduire ces plans en actions concrètes, le présent rapport met en lumière les stratégies, les modes de financement possibles et les besoins en données et en informations, et brosse un tableau des politiques de transformation et des institutions qui peuvent faire tomber les obstacles à la mise en oeuvre.

Consulter en ligne

Brochure: Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM)

L’agriculture familiale et les systèmes agricoles traditionnels sont aujourd’hui menacés par les diférents bouleversements dans le monde. C’est pourquoi, durant le Sommet Mondial sur le Développement qui s’ est tenu à Johannesburg en Afrique du Sud, l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) a lancé une initiative de partenariat mondial pour conserver et gérer de façon dynamique les «Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial» (SIPAM).

Consulter en ligne

1 2