FAO.org

Accueil > Publications > Produire plus avec moins > Produire plus avec moins en pratique: le maïs, le riz, le blé

Produire plus avec moins en pratique: le maïs, le riz, le blé

Guide pour une production céréalière durable

On trouvera dans le présent guide une application concrète du modèle «Produire plus avec moins» de la FAO pour une intensification durable de la production des cultures fondamentales en matière de sécurité alimentaire, à savoir le maïs, le riz et le blé. À l’aide d’exemples recueillis en Afrique, en Asie et en Amérique latine, il montre comment les systèmes agricoles fondés sur l’écosystème aident les petits agriculteurs à améliorer les rendements des céréales, à renforcer leurs moyens d’existence, à réduire la pression exercée sur l’environnement et à accroître la résilience face au changement climatique. En cette période de transition mondiale vers une alimentation et une agriculture durables, ce guide sera un précieux outil pour les décideurs et les agents du développement.

Messages clés

  1. Le changement climatique, l’épuisement des ressources naturelles et la stagnation des rendements de céréales menacent la sécuritaire alimentaire mondiale. La demande mondiale de maïs, riz et blé devrait augmenter de 33 pourcent d’ici 2050. Par contre, un tiers des terres agricoles est dégradé, l’accès à l’eau pour l’agriculture est en baisse. La production de céréales est encore plus limitée par un rendement décroissant de l’agriculture intense et par les effets potentiellement catastrophiques du changement climatique.
  2. Les effets les plus graves seront ressentis par les plus vulnérables. Comme le changement climatique en Asie pousse la culture du blé dans des zones pluviales moins productives, les consommateurs à faible revenu devront faire face à de fortes hausses des prix des aliments. La croissance démographique pourrait intensifier la dépendance de l'Afrique sur le riz importé. La baisse de productivité pourrait faire tripler l’importation de maïs des pays en développement d’ici 2050.
  3. L'agriculture basée sur les écosystèmes est la seule option viable pour accroître la production céréalière durablement. Le modèle d’agriculture de la FAO ‘Produire plus avec moins’ se fonde sur les contributions de la nature pour la croissance des cultures. Ses cinq composantes – l’agriculture de conservation, des sols sains, l’amélioration des cultures et des variétés - fournir des technologies respectueuses de l'environnement qui font un usage efficace des intrants, protéger l’environnement, renforcer la résilience au changement climatique et contribuer au développement rural.
  4. Les producteurs de céréales des pays en développement adoptent les recommandations clés du modèle ‘Produire plus avec moins’. Des mesures importantes vers une intensification durable ont été prises par les petits exploitants agricoles dans les pays en développement. Ces innovations comprennent : la culture sans labour, un meilleur usage des légumineuses et l’usage de légumineuses fixant l’azote pour améliorer la fertilité des sols, l’adoption de variétés de céréales plus productives et nourrissantes, des technologies de l’eau qui permettent plus de récoltes par goutte et enfin, le contrôle des organismes nuisibles et des maladies qui favorise la santé des agroécosystèmes.
  5. L’agriculture basée sur les écosystèmes  est en train de restaurer la production des régions céréalières majeures où la révolution verte a faibli. Dans l’Asie du Sud, les exploitants  utilisent plusieurs technologies de conservation des ressources pour la production de céréales comme le semis direct, le paillage en surface, la plantation surélevée et l’ensemencement sec du riz. Les producteurs de blé au Kazakhstan ont cessé de labourer près d’1.4 million d’hectares de terre. Au Brésil, un système de culture maïs/bétail sans labour est en train de remplacer la monoculture du soja.
  6. Les pratiques ‘Produire plus avec moins’ ont fait augmenter la productivité des systèmes agricoles à faible rendement. En Afrique du Sud, des arbres à légumineuses fournissent des résidus riches en azote, ce qui accroit le rendement du maïs. En Afrique de l’Est, deux ravageurs du maïs ont été dominés en exploitant les interactions chimiques entre les plantes et les insectes. En Amérique Centrale, un système agroforestier préserve les arbres, conserve le sol et l’eau, double le rendement du maïs et haricots, et résiste aux ouragans.
  7. La marche à suivre. Les défis clés pour les décideurs incluent: soutenir l’adoption par les agriculteurs de systèmes de production durable ; augmenter les investissements dans l’agriculture ; établir et protéger les droits des producteurs aux ressources ; promouvoir des marchés et chaines de valeur plus justes et efficaces ; augmenter le soutien à la recherche et au développement agricole sur le long terme ; promouvoir les innovations technologiques adaptées aux besoins des petits exploitants ; renforcer les systèmes semencier formels et informels ; et revitaliser l’éducation et la formation agricole.

Collection: Produire plus avec moins

2013: Produire plus avec moins: Le manioc
Guide pour une intensification durable de la production


2011Produir plus avec moins
Guide à l’intention des décideurs sur l’intensification durable de l’agriculture paysanne