FAO.org

Accueil > Publications > sofa > La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture 2013

Mettre les systèmes alimentaires au service d'une meilleure nutrition

La malnutrition sous toutes ses formes – dénutrition, carences en micronutriments, excès pondéral, obésité – fait peser des coûts économiques et sociaux inacceptables sur les pays, à tous les niveaux de revenu. Pour améliorer la nutrition et réduire ces coûts, il faut se placer dans une optique multisectorielle qui prend comme point de départ l'alimentation et l'agriculture et les complète par des interventions dans les domaines de la santé publique et de l'éducation. Si le rôle de production d'aliments et de génération de revenus traditionnellement dévolu à l'agriculture reste fondamental, le système alimentaire dans son ensemble – des apports d'intrants et de la production à la consommation, en passant par la transformation, le stockage, le transport et la vente au détail – peut cependant apporter une contribution bien plus conséquente à l'éradication de la malnutrition.

Les politiques et la recherche concernant l'agriculture doivent continuer à appuyer une augmentation de la productivité, s'agissant des aliments de base, mais elles doivent aussi faire une plus grande place aux aliments riches en éléments nutritifs et à l'amélioration de la durabilité des systèmes de production. Les chaînes de production, qu'elles soient traditionnelles ou modernes, peuvent améliorer la disponibilité d'un large éventail d'aliments nutritifs et réduire les pertes d'éléments nutritifs et le gaspillage. Les pouvoirs publics, les organisations internationales, le secteur privé et la société civile peuvent, les uns comme les autres, aider le consommateur à faire des choix plus sains, à produire moins de déchets et à contribuer à l'utilisation durable des ressources, en lui fournissant des informations claires et justes et en veillant à ce qu'il ait accès à des aliments variés et nutritifs.

À propos de la collection

La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, principale publication annuelle de prestige de la FAO, a pour objectif d’offrir à un public plus large des évaluations équilibrées reposant sur des données scientifiques sur des aspects importants de l’alimentation et de l’agriculture mondiale. Chaque édition du rapport présente un panorama très complet, mais facilement accessible, de questions qui revêtent une importance capitale pour le développement rural et agricole et pour la sécurité alimentaire mondiale.

Pour plus d’informations, contacter Terri Raney, du Département du développement économique et social.

Messages clés

  • La malnutrition, sous toutes ses formes, entraîne des coûts humains et économiques inacceptables pour la société.

  • Pour s'attaquer à la malnutrition, il convient d'adopter une approche multisectorielle qui englobe des interventions complémentaires au niveau des systèmes alimentaires, de la santé publique et de l'éducation.

  • Dans le cadre d'une approche multisectorielle, les systèmes alimentaires offrent de nombreuses possibilités d'interventions débouchant sur une amélioration des régimes alimentaires et de la nutrition.

  • Il demeure essentiel d'accroître la production et la productivité agricoles pour améliorer la nutrition, mais ce n'est pas tout.

  • Du point de vue de l'amélioration de la nutrition et de la mise en place de systèmes alimentaires plus durables, les chaînes de production traditionnelles et les chaînes de production modernes présentent toutes deux des risques mais ouvrent aussi des possibilités.

  • En définitive, ce sont les consommateurs qui choisissent ce qu'ils mangent et donc ce que le système alimentaire produit.

  • Une meilleure gouvernance, facilitée par un soutien politique de haut niveau, des systèmes alimentaires à tous les niveaux est nécessaire à l'élaboration d'une vision commune, à l'appui à des politiques reposant sur des éléments concrets et à la promotion d'une coordination et d'une collaboration efficaces au moyen de mesures intégrées et multisectorielles.

Entretien avec André Croppenstedt,
économiste à la FAO