Le rôle des légumineuses dans une agriculture sensible aux enjeux nutritionnels

Procurer un approvisionnement sur le long terme d’aliments riches est essentiel pour surmonter la malnutrition et les carences en micronutriments. Jusqu’à récemment, l’objectif des projets était centré soit sur la supplémentation de micronutriments ou strictement sur la production alimentaire. Cependant, les bénéfices nutritionnels à long terme ne peuvent être atteints qu’à travers une approche plus vaste qui relie la nutrition avec une agriculture qui soit intégrée dans un cadre social et économique.

L’agriculture sensible aux enjeux nutritionnels est une approche qui cherche à maximiser la contribution de l’agriculture à la nutrition. Cette stratégie souligne les multiples avantages que procure la consommation d’une variété d’aliments, reconnaissant la valeur nutritionnelle de la nourriture pour une bonne nutrition, santé et productivité, et enfin, l’importance sociale du secteur de l’alimentation et l’agriculture en soutient aux moyens de subsistances des populations rurales.

L’agriculture sensible aux enjeux nutritionnels implique aussi d’établir des liens entre secteurs s’adressant à d’autres causes de la malnutrition come l’éducation, la santé et la protection sociale. La FAO œuvre pour promouvoir cette approche à l’agriculture à travers des partenariats et des initiatives de renforcement des capacités.

De nos jours, trois cultures alimentaires – riz, mais et blé – fournissent près de deux tiers de l’apport énergétique alimentaire mondial. Les légumineuses, ensemble avec les fruits et le légumes, sont les principales sources de diversité dans la plupart des régimes alimentaires, cependant, l’approvisionnement mondial de ces denrées sont insuffisantes pour atteindre les niveaux des apports recommandés comme souligné dans l’étude “Produisons-nous assez de fruits et légumes pour répondre aux besoins de santé mondiaux ?” Cette étude est basée sur :  données FAO  , Publications OMS et  Perspectives de la population mondiale de l'ONU.   

Enrichir un système agricole avec des légumineuses apporte de nombreux avantages pour les agriculteurs et les communautés locales : les légumineuses sont un élément clé d’une alimentation saine et une bonne source de protéines végétales. Pour cette raison, le niébé est connu comme la viande du pauvre, en particulier en Afrique de l’ouest.

Les légumineuses sont également un excellent aliment complémentaire pour les jeunes enfants dans le cadre d’un régime alimentaire varié comme démontré par les projets FAO au Malawi et au Cambodge qui ont offert des programmes d’éducation nutritionnelle ensemble avec des intrants agricoles aux familles avec de jeunes enfants. En outre, elles peuvent être utilisées comme nourriture et fourrage pour le bétail, contribuant ainsi à la production de lait et de viande avec les améliorations diététiques conséquentes

De plus, les légumineuses peuvent améliorer la fertilité des sols et augmenter la biodiversité. Elles réduisent les risques de pertes totales des récoltes dans des systèmes de cultures intercalaires améliorant ainsi la sécurité alimentaire. Les légumineuses sont exploitables pour une vaste gamme d’aliments transformés et peuvent être facilement stockées une fois sèches comparé aux légumes et aux fruits.

Finalement, elles peuvent être vendues et par conséquent, générées un revenu et ainsi augmenter l’accès à la nourriture. En tout, les légumineuses réduisent la dépendance aux apports extérieurs et améliorent la durabilité des systèmes de production intégrés de cultures, d’élevage, et d’aquaculture.

Les légumineuses peuvent jouer un rôle central dans l’agriculture sensible aux enjeux nutritionnels, vu leurs caractéristiques qui les rendent bénéfiques tant pour l’agriculture que la nutrition. L’Année internationale des légumineuses représente une opportunité unique pour sensibiliser sur le potentiel des légumineuses dans le secteur du développement agricole et donner un élan pour augmenter leur production au niveau mondial.

08/07/2016

Partagez