Année internationale des légumineuses – Dialogue régional pour l’Europe et l’Asie centrale

Le Dialogue international pour l’Europe et l’Asie centrale de l’Année internationale des légumineuses (AIL) intitulé Des graines pour nourrir l’avenir a eu lieu à l’Université LaSapienza de Rome, en Italie, du 12 au 13 octobre 2016.

Le dialogue organisé par la FAO et l’Université La Sapienza, avec un appui du Fonds international de développement agricole (FIDA), du Gouvernement turc, de la Global Pulse Confederation et de  la Fertitecnica Colfiorito, fait partie d’une série de dialogues locaux et régionaux visant à susciter des débats sur le rôle essentiel des légumineuses.

Le dialogue qui a réuni 80 participants venus de 15 pays, a été une occasion extraordinaire d’aborder quelques-unes des questions les plus brûlantes sur la filière des légumineuses dans la région de l’Europe et de l’Asie centrale. Des experts techniques et des représentants de gouvernements, d’organisations internationales, d’institutions de recherche, d’organisations de petits exploitants agricoles et du secteur privé sont intervenus dans une discussion multisectorielle très animée.

Les activités comprenaient des séances plénières, des groupes de travail parallèles, un espace ouvert où les participants pouvaient présenter leurs travaux et un événement parallèle ouvert aux étudiants universitaires pour toucher un public plus vaste et intégrer l’Année internationale des légumineuses.  

Au cours des deux journées, les participants ont identifié des approches efficaces et des mesures concrètes pour promouvoir la production et la consommation de légumineuses dans la région.

Il est impératif d’augmenter la production.  La part des superficies cultivées en légumineuses est de 2% en Europe et de 1% en Asie centrale -  un pourcentage infime par rapport à ceux des superficies sous céréales qui sont respectivement de 75% et de 80%.* Afin d’accroître la production, les participants ont conclu qu’il fallait investir dans des activités de recherche (fondamentale et appliquée) et de développement sur la stabilisation de la productivité, la mécanisation et les technologies de récolte et d’après récolte. Par ailleurs, il est crucial de reconstruire le lien entre les chercheurs et les agriculteurs, en associant les seconds aux travaux des institutions de recherche, notamment avec la sélection participative.

Il est crucial de stimuler la consommation.  Il est indispensable de mettre au point des outils pédagogiques et d’élaborer des programmes pour les enfants et les écoles si l’on veut promouvoir l’innovation, sous la forme de légumineuses et de produits dérivés sains, de nouvelles recettes simples à base de légumineuses ou de recettes traditionnelles remises au goût du jour.

Dans ce contexte, l’industrie alimentaire peut jouer un rôle majeur. Par exemple, l’entreprise de distribution de légumineuses Fertitecnica Colfiorito investit dans la recherche-développement de produits à base de légumineuses, notamment  dans  des « en-cas »  à base de flocons de pois chiches, de haricots, de lentilles et de petits pois, et dans des salades et des soupes à cuisson rapide. 

Les politiques sont essentielles pour intégrer les légumineuses dans la région. L’approche ne doit pas seulement reposer sur des incitations à la production, elle doit être globale,  géociblée et tenir compte des spécificités des pays et des régions. Par ailleurs, les politiques doivent promouvoir des pratiques agro-écologiques et chercher à étendre leur rayon d’action au-delà de la production et de la consommation.  

Les résultats de ce dialogue ainsi que ceux des autres dialogues régionaux de l’AIL fourniront des aperçus régionaux des opportunités, des problèmes et des environnements politiques existants qui facilitent ou empêchent actuellement de promouvoir les légumineuses.  Les aperçus régionaux seront examinés lors du Dialogue mondial sur l’AIL qui devrait avoir lieu fin 2016 au siège de la FAO.

 

*Source: Shiv Kumar, ICARDA

08/11/2016

Partagez