Le rapport sur les principaux résultats de l’AIQ et sur le rôle de la FAO dans la facilitation de cette année, a été présenté la semaine dernière au Conseil de la FAO.
De nouvelles conclusions tirées des résultats d’une enquête auprès de 100 ménages du Sud de la Bolivie mettent en lumière les bienfaits du boom du quinoa dans la région.
Le gouvernement du Tchad a sollicité et obtenu de la FAO le financement d’un projet de Coopération technique en vue d’introduire le quinoa au Tchad.
La compétition vise à encourager les chercheurs et les innovateurs technologiques de la filière quinoa à présenter des propositions innovantes propres à favoriser le développement économique local, régional ou mondial.

L'Année internationale du quinoa

Le quinoa peut jouer un rôle important pour éliminer la faim, la malnutrition et la pauvreté, a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, à l’occasion du lancement officiel, au palais des Nations Unies, de l’Année internationale du quinoa. [suite]

D'aliment de base à mets gastronomique

Au même titre que la pomme de terre, le quinoa constituait un des aliments de base des peuples andins avant les Incas. Traditionnellement, les graines de quinoa sont grillées, puis transformées en farine pour la préparation de différents types de pains.

Il peut aussi être cuit, ajouté aux soupes, cuisiné comme céréale, sous forme de pâtes et même fermenté pour en faire de la bière ou de la chicha, boisson traditionnelle des Andes. Cuit, il a un petit goût de noisette.

De nos jours, le rôle du quinoa est essentiel dans la cuisine gastronomique, mais ses utilisations se sont étendues aux domaines pharmaceutique et industriel.

Des Amériques au monde entier

La quasi-totalité du quinoa est produite par les petits agriculteurs et les coopératives. Le quinoa est une culture traditionnelle originaire des Andes - de la Colombie au nord de l’Argentine, jusqu’au sud du Chili. Les principaux pays producteurs sont la Bolivie, le Pérou et les Etats-Unis.

La culture du quinoa a traversé les frontières et s’étend désormais à la France, au Royaume-Uni, à la Suède, au Danemark, aux Pays-Bas et à l’Italie. Aux Etats-Unis, sa culture est concentrée au Colorado et au Nevada; au Canada, dans les champs de l’Ontario. Le quinoa a obtenu de rendements élevés au Kenya, tandis qu’il présente de bonnes perspectives de développement dans l’Himalaya et les plaines de l’Inde septentrionale.

Une contribution à la sécurité alimentaire mondiale

Face à l’enjeu d’accroître la production d’aliments de qualité pour nourrir la population mondiale dans un contexte de changements climatiques, le quinoa constitue une alternative viable pour les pays victimes d’insécurité alimentaire.

L’Assemblée générale de l’ONU a ainsi proclamé 2013 "Année internationale du quinoa", afin de rendre hommage aux pratiques ancestrales des peuples andins qui sont parvenus à conserver le quinoa à l’état naturel pour nourrir les générations présentes et futures, grâce à leur savoir-faire et leur vie en parfaite harmonie avec la nature.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, et plus précisément son Bureau régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes, assurera les services de Secrétariat de l’Année internationale du quinoa, aux cotés du Comité international chargé de coordonner les célébrations. Le Comité est présidé par la Bolivie, assisté de l’Equateur, du Pérou et du Chili aux fonctions de vice-présidents, tandis que l’Argentine et la France ont été désignées comme rapporteurs.