Publications et documents

Perspectives alimentaires de la FAO, juin 2013

Perspectives alimentaires de la FAO, juin 2013

Les perspectives alimentaires de la FAO sont centrées sur les faits nouveaux ayant une incidence sur les marchés mondiaux des produits destinés à l’alimentation humaine et animale, et fournissent des évaluations et des prévisions complètes et détaillées, produit par  produit.
Ce numéro comprend une section spéciale sur le quinoa, qui passe en revue les principales caractéristiques de cette culture andine, qui pourrait devenir un nouvel aliment de base majeur. La demande mondiale croissante et le boum des exportations de la Bolivie et du Pérou ont été bénéfiques pour les petits producteurs exploitants mais ils représentent aussi un défi, car ils altèrent la dynamique du marché.
Jusqu’en l’an 2000, le volume des échanges mondiaux de quinoa était modeste, moins de 2 000 tonnes par an. Depuis, les exportations mondiales ont connu une expansion rapide, en particulier au cours des sept dernières années, où elles sont passées d’environ 5 000 à 40 000 tonnes. En 2012, la Bolivie était le premier fournisseur (avec 64 pour cent du total) devant le Pérou (26 pour cent). Les exportations de la Bolivie ont augmenté régulièrement, de 10 000 tonnes en 2007 à 26 000 tonnes en 2012. Au cours de la même période, la valeur des exportations de quinoa a été multipliée par six, puisqu’elle est passée de 13,1 millions d’USD à 78,9 millions d’USD.
Le Pérou a enregistré une croissance des exportations encore plus forte, en particulier après 2009, principalement en réponse à l’accélération de la demande des États-Unis. Les expéditions du Pérou sont passées de 1 300 tonnes en 2007 (1,8 million d’USD) à 10 000 tonnes en 2012   (29,9 millions d’USD).
Le rapport conclut qu’à l’avenir, le quinoa pourrait jouer un rôle plus important dans le système alimentaire mondial, grâce à son adaptabilité à différentes régions agro-écologiques et à ses excellentes qualités nutritionnelles. Toutefois, à court terme, le prix élevé de ce produit, jusqu’ici réservé au créneau de marché des consommateurs attentifs aux questions de santé des pays à haut revenu, empêchera toute extension de sa consommation dans les pays pauvres. Compte tenu de son prix courant à l’exportation – plus de 3 000 USD la tonne - le quinoa ne peut pas concurrencer d’autres cultures alimentaires comme le riz, qui se vend à peu près cinq fois moins cher sur les marchés internationaux. A court terme, la consommation croissante dans les pays développés continuera d’être couverte par les exportations en provenance de Bolivie et du Pérou. A plus long terme, on prévoit des gains de productivité, non seulement dans les pays producteurs des Andes mais aussi dans les nouvelles régions productrices, où l’on investit pour cultiver cette plante à des fins commerciales. Les plans actuels d’expansion de la production de quinoa devraient se traduire par une augmentation considérable des disponibilités mondiales et par une baisse des prix au niveau des producteurs, des consommateurs et des marchés internationaux, qui pourrait altérer la dynamique actuelle de cette culture. Reste à savoir si le quinoa deviendra un jour réellement une des principales denrées de base à l’échelle de la planète.

Opérations après-récolte du quinoa

Opérations après-récolte du quinoa

QUINOA Post Harvest Operations fournit des informations générales utiles sur la récolte et les opérations après-récolte concernant le quinoa telles que le stockage, le séchage, le battage, le conditionnement et le transport du quinoa dans les principaux pays producteurs. Le document décrit également le traitement spécial de la graine et de ses dérivés, exigé pour garantir sa qualité.
La publication, qui s’adresse à un large public, offre: une introduction, une deuxième partie sur la commercialisation (dernière mise à jour effectuée en 1997), une troisième partie avec des informations nutritionnelles précieuses tirées de diverses publications, qui permettent de comparer les propriétés des différentes espèces de quinoa.
Les chapitres 4 et 5 fournissent des informations sur les exigences minimales de qualité, les bonnes pratiques de récolte et d’après-récolte, ainsi que des renseignements sur les coûts de production (datant de 1997, ces derniers sont toutefois relativement obsolètes).
La publication peut être complétée par une récente étude similaire (également mentionnée dans cette liste de publications sur le quinoa) intitulée Quinoa: Une culture ancienne contribue à la sécurité alimentaire mondiale.

Descripteurs du quinoa et des plantes sauvages apparentées (en espagnol)

Descripteurs du quinoa et des plantes sauvages apparentées (en espagnol)

La communauté scientifique internationale est consciente des propriétés exceptionnelles du quinoa telles que sa faculté d’adaptation à un large éventail de conditions environnementales, dont la sécheresse et les sols peu fertiles, et de ses valeurs nutritionnelles, notamment de sa composition en acides aminés essentiels, idéale pour la consommation humaine. Ces qualités remarquables témoignent de la diversité du patrimoine génétique de cette graine qui est cultivée par les agriculteurs, conservée dans des banques de gènes et utilisée dans des programmes de sélection  pour créer des variétés supérieures.
La nécessité de caractériser et d’évaluer la diversité génétique du quinoa, pour promouvoir son utilisation et faciliter l’échange d’informations à travers des programmes nationaux utilisant des normes internationales, est à la base de la liste actualisée des Descripteurs du quinoa (Chenopodium quinoa Willd.) et des plantes sauvages apparentées. Cette publication est une version révisée du document "Quinoa Descripteurs" (AGP: IBPGR/81/104) publié en 1981 par le Conseil international des ressources phytogénétiques (CIRP) (actuel  Bioversity International).
Spécifiquement destinée aux conservateurs de collections de quinoa et aux sélectionneurs, cette publication technique fournit une liste complète des paramètres standards et des traits qui peuvent être utilisés pour décrire le matériel génétique du quinoa et des autres plantes sauvages apparentées.
Le document a été préparé par Bioversity International, membre du Consortium du GCRAI, et financé par le projet «Andean Seed Project» de la FAO (GCP/RLA/183/SPA), avec le concours de l’Agence de coopération espagnole.

LA CUISINE TRADITIONNELLE DES HAUTS PLATEAUX ANDINS

LA CUISINE TRADITIONNELLE DES HAUTS PLATEAUX ANDINS

La cuisine traditionnelle des hauts plateaux andins est une collection de recettes typiques destinée à faire apprécier les produits traditionnels des Andes et à les faire connaître à un plus large public. Ce livre de recettes  a été élaboré dans le cadre d’un projet de la FAO visant à renforcer les organisations autochtones et à faire revivre les produits traditionnels des hauts plateaux andins du Pérou et de l’Equateur.
Les populations indigènes de la région des Andes vivent le plus souvent de l’agriculture familiale, aussi bien pour gagner leur vie que pour produire les aliments dont ils se nourrissent.
Renforcer les systèmes traditionnels et faire revivre les produits traditionnels et les connaissances ancestrales associées à la cuisine nationale/régionale permet d’élargir la base alimentaire, d’améliorer la sécurité alimentaire et de générer d’autres ressources de revenus pour les ménages ruraux.
Ce livre de recettes a été préparé grâce à la participation active des communautés bénéficiaires durant des concours gastronomiques, des  festivals alimentaires, d’ateliers participatifs et d’autres évènements au cours desquels il a été possible de recueillir des informations sur les habitudes alimentaires et l’utilisation des produits traditionnels.
Le livre commence par une description de certains des principaux ingrédients traditionnels de la région, et poursuit en détaillant 147 recettes classées par type de plat, en indiquant le nom des personnes, de la communauté et/ou de l’institution qui les a fournies.
Ce recueil de recettes s’adresse aux professionnels qui soutiennent la  diversification de la production et l’utilisation des ressources locales; il a également pour objet d’aider les gourmets et chefs cuisiniers à découvrir la cuisine traditionnelle et les ingrédients des hauts plateaux andins, une riche source d’inspiration culinaire, présentée ici comme variée et unique.

Quinoa: Une ancienne culture contribue à la sécurité alimentaire mondiale

Quinoa: Une ancienne culture contribue à la sécurité alimentaire mondiale

Ce rapport technique, produit par la Fundación para la Promoción e Investigación de Productos Andinos PROINPA, offre une justification et une approche concrète pour tirer parti des vertus nutritionnelles du quinoa et de son adaptabilité agricole. L’expansion de la culture à d’autres continents montre qu’elle peut contribuer à la sécurité alimentaire dans différentes régions du monde, en particulier dans les pays où la population n’a pas accès à des sources de protéine adéquates ou dans lesquels les conditions de la production alimentaire sont actuellement limitées par le faible taux d’humidité, les disponibilités limitées d’intrants et les conditions arides.
On sait que le quinoa contient tous les acides aminés essentiels – à raison d’une composition plus équilibrée que d’autres aliments d’origine végétale –, qu’il est riche en oligo-éléments et en vitamines, et qu’il ne contient pas de gluten. De plus, il présente une capacité d’adaptation exceptionnelle à différentes régions agro-écologiques, car il est doté d’un patrimoine génétique stratégique pour créer des variétés supérieures.
Quoique technique, ce rapport ne prétend pas être un manuel de “savoir-faire”. Il présente un cadre analytique rationnel, avec des informations actuelles détaillées sur le contexte général, les propriétés nutritionnelles, la diversité génétique, les variétés et les banques de matériel génétique, l’agronomie et l’adaptabilité, le potentiel alimentaire et industriel, ainsi que sur les aspects économiques et la commercialisation du quinoa dans le monde entier.
La publication s’adresse à un large public et contribue à l’amélioration des connaissances et de la diffusion de l’information sur cette culture ancienne, qui a une valeur stratégique importante pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’humanité.

Cultures marginalisées – 1492: Une autre perspective

Cultures marginalisées – 1492: Une autre perspective

Cet ouvrage passe en revue 65 cultures, pour la plupart d’origine américaine, qui, pour des raisons sociales, agricoles ou biologiques ont perdu de leur importance au cours des 500 dernières années. Ces espèces, en d’autres temps ou dans d’autres conditions, ont joué un rôle majeur dans l’agriculture et dans la nutrition des peuples autochtones et des communautés locales.
Cette étude technique s’adresse à des spécialistes. A partir d’une analyse d’espèces sélectionnées, elle a pour objet d’identifier des domaines possibles pour approfondir la recherche et le développement, et de faciliter la réintroduction de certaines espèces sur des terres auxquelles elles s’étaient auparavant adaptées au fil des siècles. Un chapitre spécial sur le quinoa présente l’état de la recherche et du développement en 1994, année où cette étude a été publiée. On notera que les directions de recherche présentées dans l’étude (page 139) ont été suivies ces dernières années. Une vaste bibliographie sur le quinoa complète la section spécifique.