FAO.org

Accueil > Réduction des émissions provenant du déboisement et de la dégradation des forêts REDD+ > Initiatives
Réduction des émissions provenant du déboisement et de la dégradation des forêts REDD+

Initiatives

Sur le terrain, au niveau régional et à l'échelle mondiale, la collaboration entre les différentes parties prenantes (gouvernement, communautés, agences des Nations Unies, universités et secteur privé) est essentielle pour atteindre les objectifs de REDD+.

Le Programme ONU-REDD est le principal mécanisme de coopération des Nations Unies en vertu duquel la FAO, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ONU environnement associent leurs forces et leurs capacités techniques, et travaillent avec tous les secteurs et de multiples parties prenantes.

En plus du soutien apporté au travers du Programme ONU-REDD, la FAO travaille également avec d'autres initiatives pour renforcer les capacités dans le cadre de REDD+. Par exemple, à travers l'Initiative pour la forêt d'Afrique centrale (CAFI), le PNUD collabore avec la FAO et la Banque mondiale, et six pays d'Afrique centrale et une coalition de donateurs qui vise à aider les gouvernements de la région à mettre en œuvre des réformes et à renforcer les investissements pour stopper les causes de déboisement de la forêt tropicale. La FAO collabore également avec (COMIFAC) par l'intermédiaire du Fonds forestier du bassin du Congo (FFBC) en collaboration avec l'Institut national brésilien de recherche spatiale (INPE) pour fournir une assistance technique aux pays de la COMIFAC pour le développement de leurs systèmes nationaux de surveillance des forêts. La COMIFAC, créée pour soutenir la gestion durable des écosystèmes forestiers du bassin du Congo, rassemble le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, la République du Congo, le Rwanda et Sao Tomé-et-Principe.

De plus, la FAO travaille avec divers organismes multilatéraux qui soutiennent les pays, notamment le Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF), le Forest Investment Programme et le PROFOR de la Banque mondiale. La FAO, en collaboration avec la Banque mondiale et le Gouvernement de l'Ouganda, soutient par exemple le projet de «Mise en place d'un scénario de référence national et d'un inventaire des ressources forestières pour la préparation à REDD+ en Ouganda». En Éthiopie, la FAO soutient «la mise en place d'un système national de surveillance des forêts et de MNV de préparation à REDD+ en Éthiopie».

La FAO s'engage également avec les pays à élaborer des demandes de soutien du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et, en tant que partenaire de préparation du Fonds vert pour le climat (la FAO travaillera avec les pays dans le cadre du Programme de préparation et de soutien préparatoire, un programme transversal visant à renforcer l’accès des pays au Fonds).

La FAO a officiellement rejoint le partenariat CDN à la COP22 de la CCNUCC à Marrakech pour améliorer le soutien aux pays. Le partenariat CDN est une coalition mondiale de pays en développement et développés et d'instituts internationaux travaillant pour faire en sorte que les pays reçoivent rapidement et efficacement le soutien technique et financier qu'ils doivent apporter à leurs CDN. 

La FAO collabore également sur des domaines thématiques de REDD+. Sur le thème technique de la gouvernance, par exemple, le Programme relatif à l’application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux (FLEGT) de la FAO, développe des activités depuis 2008 pour améliorer la gouvernance forestière en soutenant le plan d'action de la Commission européenne sur FLEGT. En collaboration avec le Mécanisme forêts et paysans, la FAO cherche à lier les organisations de producteurs forestiers et agricoles aux gouvernements pour faire de la restauration du paysage et la fin du déboisement, une réalité. Dans le domaine de la surveillance des forêts et de la notification, la FAO héberge le Système SEPAL d'accès, de traitement et d'analyse des données sur l'observation de la Terre (System for Earth Observation Data Access, Processing and Analysis for Land Monitoring), une plateforme informatique basée sur le cloud qui fournit des données satellitaires et développe des outils gratuits pour la surveillance des forêts pour REDD+. Il a déjà été testé par un certain nombre de pays en développement.