FAO en République centrafricaine

Dans la perspective de la lutte contre la péripneumonie contagieuse des bovidés en Centrafriquef

18/05/2020

S’assurer d’un bon niveau de préparation

Une mission préparatoire de la l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) relative à l’organisation prochaine d’une  campagne de vaccination contre la péripneumonie contagieuse des bovidés (PPCB) dans le cadre du projet de « Restauration de la paix et du dialogue entre les communautés affectées par la transhumance transfrontalière  RCA/Tchad » a terminé son séjour dans le nord de la République centrafricaine.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet conjoint RCA/Tchad, une campagne de vaccination contre la PPCB est prévue dans la zone du projet qui couvre, dans la partie centrafricaine, les préfectures de la Nana-Gribizi et du Bamingui-Bangoran, ainsi que les sous-préfectures de Batangafo et Kabo dans la préfecture de l’Ouham. Cette campagne vise 100 000 têtes de bovins de chaque côté de la frontière entre ces deux pays et est appuyée par un programme de déparasitage des bêtes.

A cet effet, une mission de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a sillonné les localités de Kaga-Bandoro, Batangafo et Kabo du 24 avril au 04 mai 2020 dans l’objectif de s’assurer d’un bon déroulement des activités du projet. Ce déplacement qui a permis à la mission d’acheminer les intrants vétérinaires dans les zones parcourues a été l’occasion de s’assurer du bon préparatif de la campagne de vaccination, de s’assurer que les intrants livrées sont conservés dans les conditions pouvant garantir leur qualité.

L’occasion a également permis  d’une part de sensibiliser les éleveurs et agents vaccinateurs sur la prévention du COVID-19 en partenariat avec la section civile de la MINUSCA et de leur remettre des kits de protection dans le cadre des activités de vaccination et, d’autre part avec le partenaire d’exécution Vision Enfants RCA (VERCA), de renforcer les capacités des comités locaux de paix et de gestion des conflits liés à la transhumance de Batangafo et ceux des axes Bouca et Kabo. Un accent particulier a été mis sur l’importance d’une bonne gestion de rumeurs afin d’éviter de créer des conflits liés au partage d’informations erronées. La nécessité d’une alerte précoce auprès des destinataires fiables a aussi fait l’objet d’une sérieuse discussion appuyée par une série d’exemple de cas vécus.

Renforcer le dialogue sur les dynamiques de transhumance

Rappelons que le projet de restauration de la paix et du dialogue entre les communautés affectées par la transhumance transfrontalière RCA/Tchad dont la FAO Centrafrique est le chef de file est mis en œuvre en partenariat avec FAO Tchad, OIM RCA et OIM Tchad ainsi que quelques ONG d’exécution sur financement du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix (PBF).

D’une durée de 18 mois, ce projet, mis en œuvre conjointement en RCA et au Tchad, vise à renforcer le dialogue et la paix au niveau communautaire pour la prévention et la gestion des conflits entre communautés de cultivateurs et de pasteurs. Son intervention contribue:

  • ·         Au renforcement des institutions nationales et organisations locales, y compris les secteurs de la sécurité nationale et des ministères de l’élevage et de l’agriculture, grâce à une information et à des services accrus ;
  • ·         A l’amélioration d’une perception positive des groupes marginalisés dans les dynamiques de transhumance, grâce à un dialogue accru intercommunautaire ;
  • ·         Au renforcement du dialogue institutionnel et politique sur les dynamiques de transhumance entre les deux pays.

Le projet contribue aux Objectifs de Développement Durable 16 et 5, respectivement, Paix, justice et institutions efficaces, et Egalité entre les sexes.