La résilience
Les zones à risques d’insécurité alimentaire aiguë ont un besoin urgent d’attention

Les zones à risques d’insécurité alimentaire aiguë ont un besoin urgent d’attention

09/03/2020

Alors que l'attention mondiale est concentrée sur les essaims de criquets pèlerins qui ravagent les récoltes en Afrique de l'Est, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture souligne que plusieurs autres pays et régions sont confrontés à de graves situations d'insécurité alimentaire et ont besoin d'aide. La FAO a lancé aujourd'hui un appel de fonds de 900 millions de dollars pour soutenir 43 millions de personnes vulnérables et dépendantes de l'agriculture, à risque d'insécurité alimentaire aiguë dans 22 pays dont la Birmanie, le Burkina Faso, le Tchad, l'Éthiopie, la Libye, la Syrie et le Yémen. Cet appel s'inscrit dans le cadre du plan de réponse humanitaire 2020 du système des Nations Unies. Il n'inclut pas les 138 millions de dollars supplémentaires que l'Organisation recherche pour les pays en Afrique de l'Est touchés par une invasion de criquets pèlerins.

« La plupart des populations qui sont confrontées à l'insécurité alimentaire dans le monde - à cause de conflits, des effets du changement climatique ou de difficultés économiques - dépendent de l'agriculture pour leurs moyens d'existence », a déclaré le Directeur général de la FAO, M. QU Dongyu, en ajoutant que « Nous devons leur apporter les instruments dont ils ont besoin pour affronter à ces défis, renforcer leur résilience et rebondir face à la situation »

Comment rendre les personnes autonomes

Dans son appel de 2020, la FAO présente toute une série d'initiatives visant à encourager la production alimentaire locale et à améliorer la nutrition, tout en renforçant la résilience des populations face aux chocs, comme les conflits et l'insécurité, les ravageurs et les conditions climatiques extrêmes.

Les activités diffèrent d'un pays à l'autre, mais l'objectif de la FAO est d'aider les populations à produire une alimentation nutritive, à avoir des revenus et à devenir autonomes aussi rapidement que possible. Pour ce faire, elle fournit du matériel agricole, comme les semences, les outils, les fertilisants et d'autres produits pour les activités agricoles et le repeuplement du bétail, elle fournit des aliments pour animaux et une aide vétérinaire, et elle distribue des outils de pêche, ainsi qu'une aide en espèces visant à aider les personnes à satisfaire leurs besoins immédiats tout en continuant à produire de la nourriture.

La FAO travaille également avec les communautés pour les aider à renforcer leur approche à l'agriculture et à la gestion des ressources naturelles, accroître leur productivité agricole, et œuvrer à des stratégies de diversification des moyens d'existence.

Un brin de prévention

La dernière édition du Rapport mondial sur les crises alimentaires indiquait que les premières causes de l'insécurité alimentaire aiguë sont les conflits, les chocs liés au climat, les catastrophes naturelles, les maladies et ravageurs et la récession économique. Il est clair que nous devons nous attaquer aux causes sous-jacentes. Investir dans la réduction des risques et renforcer les capacités des populations vulnérables à faire face aux chocs avant qu'ils ne surviennent est une approche plus humaine, efficace et rentable que celle qui se limite à répondre aux catastrophes après-coup.

La particularité de l'aide humanitaire de la FAO est qu'elle combine à la fois des réponses à court terme, des actions de prévention et des interventions à long terme de renforcement de la résilience qui visent à renforcer la capacité des populations vulnérables à faire face à la situation avant que les chocs ne les frappent. La liste complète des pays auxquels l'aide de la FAO est destinée et d'autres informations sur les interventions du plan de réponse humanitaire 2020 des agences des Nations Unies sont disponibles ici.

Partagez