La résilience
Lutte traditionnelle contre les criquets à Madagascar

Lutte traditionnelle contre les criquets à Madagascar

24/10/2014

Le 9 octobre 2014, dans la plaine de la Betsiboka, Madagascar. De l’hélicoptère, un vol de criquets est repéré par l’équipe de prospection. L’hélicoptère se pose, le moteur est coupé et l’équipe descend afin de déterminer les caractéristiques de la population acridienne et parler avec les paysans.

To disturb and push back the locusts even more: the sound of a stick hitting a plate / Pour déranger les criquets encore plus: le bruit d’un bâton frappant une tôle

À peine sortie de l’hélicoptère, l’équipe est surprise par des cris. Malgré un rapide regard aux alentours, impossible d’identifier leur provenance.

Au bout de quelques mètres parcourus dans le vol de criquets, des rizières apparaissent mais surtout des paysans à Madagascar. Ces derniers tentent par tous les moyens de chasser les criquets: ils courent en tous sens dans les rizières en criant pour empêcher les criquets de se poser. C’est insuffisant… ils rassemblent alors de petits fagots de branchages et y mettent le feu: les criquets sont enfin dérangés et contournent la fumée.

Une fois les feux allumés, les paysans, infatigables, poursuivent leur chasse effrénée. Pour faire encore plus de bruit, ils frappent un morceau de tôle avec un bâton, ajoutant un bruit supplémentaire à la cacophonie ambiante. Malgré toutes ces tentatives pour éloigner les criquets des rizières bien vertes, les insectes, presque imperturbables, continuent à se poser et à voler dans un léger bruissement d’ailes.

Arrive la résignation et, malgré la présence des criquets, les paysans reprennent leurs travaux culturaux habituels mais en chantant… des chansons qui parlent de criquets (valala en malgache).

Partagez