La résilience

Construire la résilience pendant les crises prolongées

Les crises prolongées représentent les contextes les plus difficiles pour éliminer la faim, la malnutrition et la pauvreté. Elles sont animées par une combinaison de causes récurrentes - facteurs d'origine humaine, aléas naturels (survenant souvent simultanément), longues crises alimentaires, dégradation des moyens d’existence et des systèmes alimentaires, et insuffisance de la gouvernance et des capacités institutionnelles pour faire face à la crise qui en résulte. Près d'un demi-milliard de personnes dans plus de 20 pays et territoires sont actuellement touchés par des crises prolongées. Dans ces pays, les taux de sous-alimentation sont sévères (39 pour cent contre 15 pour cent dans les pays en développement) et les niveaux de retard de croissance ainsi que les taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans sont particulièrement préoccupants.

Les crises prolongées sont devenues la nouvelle norme, avec 40 pour cent de crises alimentaires actuelles supplémentaires considérées comme des crises prolongées par rapport à 1990. Les crises persistantes, les pays et les communautés ont besoin de stratégies plus efficaces et durables pour renforcer leurs capacités à faire face aux chocs et aux facteurs de stress. Le concept de résilience est apparu comme un cadre viable à cet effet, permettant d’intégrer à la fois les initiatives humanitaires et les initiatives de développement à long terme.

Construire la résilience dans les crises prolongées exige des cadres politiques innovants, une meilleure compréhension des causes structurelles, et des efforts coordonnés afin de réduire l'exposition des communautés aux chocs. La FAO travaille avec les gouvernements et d'autres partenaires pour construire des moyens d’existence et des systèmes alimentaires résilients pendant les crises prolongées, notamment à travers:

Soutenir les cadres politiques

Donner des orientations, promouvoir les partenariats, renforcer l'engagement politique et assurer des liens plus étroits entre les actions humanitaires et de développement pour traiter les causes profondes de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition, construire des moyens d’existence résilients et répondre aux besoins immédiats dans les crises prolongées.

À titre d’exemple : La FAO participe à la préparation du Comité de programme d’action de la sécurité alimentaire mondiale (CFS-A4A), cadre permettant de guider de façon plus exhaustive et plus efficace, les politiques et les mesures de lutte contre l'insécurité alimentaire et la malnutrition pendant les crises prolongées. Ce programme d’action devrait être approuvé par le CFS en 2015.

Information et analyse

Développer des outils et promouvoir des approches et des normes communes pour l'analyse factuelle afin d’élaborer les politiques et les programmes de renforcement résilience.

À titre d’exemple : la FAO dirige des efforts visant à mieux comprendre, mesurer et informer la prise de décisions pour le renforcement des capacités de résilience et l'application des politiques à travers le développement et l'application du modèle de l'analyse et de la mesure de l’indicateur résilience (RIMA); travaille avec les autorités régionales (ex: IGAD, CILSS) pour établir des unités d’analyse de la résilience. La FAO encourage également l'utilisation d'une approche commune pour l'analyse de la sécurité alimentaire à travers le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) dans plus de 29 pays.

Soutenir les moyens d’existence

Identifier et mettre en œuvre les bonnes pratiques pour renforcer la résilience des communautés.

À titre d’exemple : la FAO soutient l’amélioration de l'accès des communautés aux dispositifs de protection social, des terres agricoles et aux ressources. La FAO élabore également des normes techniques et des lignes directrices pour la préparation et l'intervention d'urgence et promeut leur application pendant les crises prolongées.

Rubriques connexes

 - 21/02/2020
Some 6.2 million Somalis were acutely food insecure through the end of 2017, up from 5 million in late 2016. Over the past year, Somalia’s nutrition ...en lire plus
 - 20/02/2020
The worst desert locust crisis in 25 years is underway in Ethiopia, where around 90 000 ha of cropland and pasture are already reported to have ...en lire plus
 - 20/02/2020
Some 6.5 million people in South Sudan - more than half of the population - could be in severe acute food insecurity at the height of ...en lire plus
 - 29/01/2020
This seventh FAO/WFP update to the UNSC covers five countries (Afghanistan, the Central African Republic, Haiti, Somalia and South Sudan) and two regions (the Lake Chad ...en lire plus
 - 27/01/2020
Key messages An estimated 47 percent of the population of South Sudan is suffering from acute food insecurity immediately after the harvest period, a situation driven by ...en lire plus
 - 13/01/2020
“I am a farmer, and agriculture is my life. One of my biggest challenges was access to water. I grow carrots, potatoes, radish, watercress, onion, parsley, ...en lire plus
 - 09/01/2020
Yemen is predominantly a rural country, with close to 70 percent of its population living outside urban areas. Irrigated agriculture is the primary source of food, ...en lire plus
 - 08/01/2020
Protecting livelihoods by providing emergency agricultural assistance from the onset of a crisis is crucial to save lives, while enabling people to produce food and earn ...en lire plus
 - 02/01/2020
In light of recent food security analyses that indicate a growing number of people at risk of food insecurity in northeastern Nigeria, FAO is supporting vulnerable ...en lire plus
 - 30/12/2019
Key points Conflict continues to drive hunger in Yemen. It is threatening agricultural livelihoods, destroying assets, limiting income opportunities stimulating displacement and weakening purchasing power. A total of ...en lire plus
« Précédente 1 2 3 4 5 ... 38