FAO.org

Accueil > La résilience > Approche régionale
La résilience

Améliorer la résilience au niveau régional

La FAO travaille à tous les niveaux (mondial, régional, national et local) avec les gouvernements et les communautés afin d’améliorer la résilience des moyens d'existence issus de l'agriculture, à travers quatre domaines d’intervention clés:

De nombreuses menaces et chocs traversent les frontières par nature, ce qui requiert des efforts pour améliorer la résilience et faire face aux impacts à l’échelle régionale. Par exemple, les aléas naturels peuvent endommager les écosystèmes terrestres et aquatiques par-delà les frontières nationales. Les ravageurs comme les criquets ou la mosaïque du manioc, les maladies animales à fort impact comme la grippe aviaire ou la peste des petits ruminants, ou bien encore des événements affectant la sûreté alimentaire comme la contamination radionucléaire des aliments, ont des répercussions régionales voire mondiales.

Une approche régionale pour améliorer la résilience des moyens d’existence s’avère essentielle puisque les services éco systémiques, tels que l'eau, la biodiversité et les sols fertiles, ne reconnaissent pas les frontières administratives. Les grands écosystèmes autour des bassins fluviaux comme le Niger, le Nil et le Mékong ont besoin de la collaboration entre plusieurs pays afin d’assurer une gestion durable de l’aire de sédimentation, notamment pour la prévention, l'atténuation, la préparation et la réponse aux chocs.

Les chaînes de valeur liées à l'entreposage, à la transformation et à la commercialisation des produits agricoles franchissent les frontières de façon croissante. Force est de constater que certains chocs dans un pays peuvent sérieusement réduire la disponibilité alimentaire et dégrader la sécurité alimentaire dans un autre pays, comme cela a été le cas au cours des récentes crises alimentaires majeures dans le Sahel et dans la corne de l'Afrique. Renforcer la résilience des moyens d’existence dans ces contextes, exige que les gouvernements, les communautés et les partenaires travaillent en concertation afin de mieux prévenir, préparer et faire face aux menaces et aux catastrophes qui touchent l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition.

Dans le même temps, la mobilité croissante des personnes et de leurs actifs signifie que les catastrophes naturelles et les conflits ont des effets qui se répandent largement et dépassent les frontières, pouvant conduire à l'instabilité et à l'insécurité alimentaire de toute une région. C’est le cas de la Syrie, où la violence et les déplacements ont débordé, provoquant une crise massive de réfugiés dans toute la région.

Rubriques connexes

 - 22/03/2017
La FAO est en passe d'intensifier ses activités dans les régions affectées par la sécheresse en Somalie grâce à un prêt de 22 millions d'euros, approuvé ...en lire plus
 - 24/02/2017
Alors que les conflits et l'instabilité perdurent, la situation de la sécurité alimentaire au Nigéria et dans le bassin du Lac Tchad est en nette détérioration, ...en lire plus
 - 10/02/2017
Il est treize heures dans le village de Monguél, au sud de la Mauritanie, lorsque Nejiha, rentre du marché. Sa fille aînée s’affaire sous la khaïma ...en lire plus
 - 03/02/2017
Au Mali, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met actuellement en oeuvre l’approche « Caisses de résilience » avec une forte composante nutritionnelle, au bénéfice ...en lire plus
 - 27/01/2017
Au Mali, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) expérimente l’approche des «transferts productifs» (CASH+), mise en œuvre avec succès depuis 2014 dans d’autres ...en lire plus
 - 19/01/2017
La Belgique, partenaire de longue date de la FAO dans le cadre de ses interventions d'urgence, a réaffirmé son engagement à protéger l'agriculture des pays frappés ...en lire plus
 - 23/12/2016
Le document s’adresse aux acteurs d’urgence pour l’inclusion de l’approche dans des actions/projets de relèvement rapide ainsi qu’aux acteurs du développement et de la protection sociale ...en lire plus
 - 23/12/2016
Au Sahel, environ 65 pour cent de la population active travaillent dans le secteur agricole et leurs conditions de vie sont ainsi tributaires des aléas climatiques, ...en lire plus
 - 05/12/2016
Grâce aux contributions de la Belgique à son Fonds spécial pour les activités d’urgence et de relèvement (SFERA), la FAO a établi en 2008 un volet ...en lire plus
 - 23/06/2016
Les déplacements massifs de population et l'insécurité dans le bassin du lac Tchad mettent en péril les moyens d’existence et la sécurité alimentaire. Au nord-est du ...en lire plus
1 2 3 4 5