FAO.org

Home > Resilience > Resources > resources detail
Resilience

Évaluation de la deuxième campagne antiacridienne 2014/2015 à Madagascar (in FRENCH)

Évaluation de la deuxième campagne antiacridienne 2014/2015 à Madagascar (in FRENCH)
Mar 2016

Madagascar connaît, depuis 2012, une invasion du Criquet migrateur malgache, Locusta migratoria capito (Saussure, 1884), qui menace dangereusement les productions agropastorales. Afin de répondre à cette invasion acridienne et assurer la mobilisation des ressources, une requête d’assistance technique et financière a été soumise par le Ministère de l’agriculture malgache à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) le 5 décembre 2012. Ainsi, un Programme triennal de réponse à l’invasion acridienne à Madagascar (2013-2016), financé par le Gouvernement malgache et plusieurs partenaires au développement, a été conçu par la FAO et le Ministère de l’agriculture de Madagascar et mis en oeuvre à partir de septembre 2013. L’objectif global de ce Programme est de contribuer à la préservation de la sécurité alimentaire des populations rurales les plus vulnérables de Madagascar.

Le présent rapport s’inscrit dans ce contexte et concerne l’évaluation de la deuxième campagne de lutte antiacridienne (2014/15) dont l’objectif spécifique était d’accompagner le déclin de l’invasion en limitant les dégâts dus aux criquets sur les cultures et les pâturages. L’analyse des résultats a montré que les objectifs de cette campagne ont été globalement atteints. Grâce aux opérations de lutte, principalement aérienne, les effectifs acridiens ont été largement réduits et ramenés en-dessous des inquiétudes. Les superficies totales traitées et protégées par la FAO au 12 juillet 2015 par voie aérienne et voie terrestre s’élèvent à 638 522 ha (dont 627 610 ha traités par voie aérienne et 10 912 ha par voie terrestre), chiffre nettement conforme aux prévisions qui avaient été faites (de 500 000 à 800 000 ha à traiter). Par ailleurs, aucun incident majeur n’a été signalé sur la santé humaine et l’environnement. Enfin, les capacités nationales ont été renforcées et les ressources agropastorales ont été protégées au bénéfice des populations rurales.

La forte implication des partenaires techniques, des experts de la FAO et des agents du Ministère de l’agriculture ont permis d’atteindre ces résultats. Cette synergie d’actions doit être maintenue pendant la troisième campagne pour garantir complètement le retour à une situation de rémission au début de laquelle l’Etat malgache devra prendre en main la mise en place d’une stratégie de lutte préventive puis assurer sa mise en oeuvre dans la durée. Cela passe par un appui politique conséquent et une restructuration du dispositif national de lutte antiacridienne car les problèmes rencontrés pour assoir cette stratégie de prévention semblent être, entre autres, encore d'ordre organisationnel.

Share this page