FAO.org

Accueil > Ressources > Infographie > Infographics Details

L'Etat de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012: La croissance économique est nécessaire mais elle n’est pas suffisante pour accélérer la réduction de la faim et de la malnutrition

L'Etat de l'insécurité alimentaire dans le monde 2012 présente de nouvelles estimations de la sous-alimentation, calculées au moyen d’une méthode révisée et améliorée. D’après ces nouvelles estimations, la lutte contre la faim menée ces vingt dernières années a donné de meilleurs résultats que ce que l'on pensait. Si l’on redouble d'efforts, la cible correspondante des Objectifs du Millénaire pour le développement pourrait être atteinte au niveau mondial d'ici à 2015. Le nombre de personnes qui souffrent de sous-alimentation chronique reste cependant à un niveau inacceptable et l'éradication de la faim demeure un enjeu mondial majeur.

Cette année, le rapport montre aussi en quoi la croissance économique contribue à la lutte contre la sous-alimentation. Une croissance agricole durable, en particulier, a souvent des retombées sur les pauvres car la plupart de ceux qui sont touchés par la pauvreté et la faim vivent en zone rurale et en grande partie de l'agriculture.

La croissance ne contribuera pas pour autant à améliorer la nutrition pour tous. Pour qu’elle y contribue, les politiques et les programmes de croissance doivent aussi promouvoir la diversification de l'alimentation, l'accès à l'eau potable, à l'assainissement et aux services de santé, et l'éducation des consommateurs en matière de nutrition et de soins aux enfants.

Il faut du temps pour que la croissance économique atteigne les pauvres et, parfois, elle n’arrive jamais jusqu’aux plus démunis. Il est donc crucial de recourir à des mécanismes de protection sociale pour éliminer la faim aussi rapidement que possible. Enfin, pour que la lutte contre la faim progresse rapidement, les gouvernements doivent fournir les biens et services publics essentiels, dans le cadre d'un système de gouvernance qui soit fondé sur la transparence, la participation, l'obligation de rendre des comptes, l'état de droit et le respect des droits de l'homme.

Date: 09/10/2012
Télécharger version PDF

Partagez