LE RIZ, C'EST LA VIE
  Tout sur le riz
Riz et agrobiodiversitéLe riz et nous

Le bétail contribue au transport et à la préparation du terrain des agriculteurs : à titre d'exemple, les déchets organiques du bétail peuvent être recyclés en engrais organiques

L'agrobiodiversité au sein des systèmes de riziculture offre de grandes possibilités de nutrition améliorée au sein des communautés rurales, une hausse des revenus des agriculteurs par le biais de la diversification des récoltes, et la sauvegarde d'une mine de ressources génétiques pour les générations futures.

Le potentiel de diversification des sources alimentaires au sein d'un écosystème rizicole est élevé, étant donné que les rizières de riz aquatique sont un habitat abritant une grande variété d'organismes terrestres et aquatiques par suite de la présence continue d'eau fraîche. Depuis des millénaires, les populations rurales ont été tributaires de la biodiversité existante au sein des écosystèmes rizicoles, et dans de nombreux cas ont perfectionné cette biodiversité par le recours aux plantes cultivées, aux animaux domestiques et à l'aquaculture afin de garantir une disponibilité alimentaire et une source de revenus sur le plan quotidien.

Les populations locales consomment les poissons, les grenouilles, les escargots, les insectes, et d'autres organismes aquatiques provenant de ces écosystèmes en tant que source principale de protéines animales et d'acides gras. Les organismes aquatiques des rizières peuvent être soit des composantes naturelles de la biodiversité qui se retrouvent piégées dans les rizières, soit des organismes qui ont été introduits intentionnellement, tels que les espèces de tilabia, de barbeau et de carpe. La pêche revêt une très grande importance pour les populations pauvres, et surtout pour les sans-terre, qui peuvent toucher un salaire modeste en vendant des aliments aquatiques frais ou traités et des plantes médicinales.

L'existence de plusieurs variétés de bétail est liée aux systèmes de riziculture. Les canards se nourrissent de petits poissons, d'autres organismes aquatiques et de mauvaises herbes au sein des rizières, tandis que les buffles, les bovins, les ovins et les caprins broutent la paille de riz en tant que source principale d'alimentation dans les zones de production rizicole. Le son de riz, un sous-produit de l'usinage du riz, et des grains de qualité inférieure ou provenant d'excédents de récoltes fournissent une alimentation animale supplémentaire au bétail. A son tour, le bétail contribue au transport et à la préparation du terrain des agriculteurs : à titre d'exemple, les déchets organiques du bétail peuvent être recyclés en engrais organiques.

Les rizières abritent aussi un grand nombre d'ennemis naturels ou de prédateurs, qui créent un mécanisme permettant de lutter contre les insectes nuisibles et les ravageurs, réduisant d'autant le recours aux pesticides. Parallèlement, les poissons se nourrissent des mauvaises herbes et participent ainsi à la lutte contre les plantes adventices. D'autres espèces végétales partagent une relation symbiotique avec le riz. A titre d'exemple, l'Azolla, une fougère fixatrice d'azote, peut être cultivée dans les rizières afin d'améliorer la disponibilité des substances nutritives, de réduire le nombre des mauvaises herbes et de faciliter l'intégration poissons-bétail. Les variétés végétales sont utilisées par les agriculteurs en tant que source de nourriture et de médicaments et en tant qu'alimentation pour les poissons et le bétail.