LE RIZ, C'EST LA VIE
  Tout sur le riz
La science du rizLe riz et nous

Le riz hybride a un potentiel élevé pour améliorer la sécurité alimentaire des régions pauvres, où la terre est peu disponible, la croissance démographique forte et la main d'oeuvre abondante.

La science rizicole a fait des progrès considérables. Au cours des décennies passées, la demande croissante en riz a été satisfaite par le biais de mesures d'amélioration des rendements, issues de la "Révolution verte" des années 1970, qui introduisit des variétés de riz améliorées et des technologies de production améliorées.

Cela dit, au cours des dernières années, l'application efficace des avances liées à la recherche a été lente, en particulier dans les volets des stress physiques, tels que la sécheresse, les inondations, la salinité et l'acidité. Au cours de la même période, la population consommatrice de riz n'a cessé de croître, alors que les ressources en terres et en eau allouées à la production de riz n'ont cessé de diminuer.

La science sert de base à l'amélioration de la productivité et de l'efficience des systèmes de riziculture. Des technologies améliorées permettent aux agriculteurs de cultiver davantage de riz sur des superficies limitées avec des besoins en eau, en main-d'oeuvre et en produits agro-chimiques réduits, atténuant d'autant les retombées environnementales pernicieuses. En outre, la sélection végétale améliorée, la lutte contre les plantes adventices et les ravageurs, la gestion des eaux, et l'efficacité en matière d'utilisation des substances nutritives accroissent la productivité, réduisent les coûts, et améliorent la qualité des produits des systèmes de production rizicoles.

De nouvelles variétés de riz en cours de développement font preuve d'une valeur nutritionnelle élevée, réduisent au minimum les pertes post-récoltes et ont une résistance accrue à la sécheresse et aux ravageurs. Des progrès récents accomplis dans le domaine du riz hybride ainsi que l'Initiative "Riz pour l'Afrique" (NERICA) sont deux exemples des apports de la science au développement du riz. En outre, des institutions de recherches publiques et privées conjuguent leurs efforts afin de déterminer la séquence de l'acide nucléique du génome du riz dans sa totalité.

Cette base spécifique de données ADN facilitera la création d'une nouvelle génération de variétés de riz, y compris - dans un avenir assez proche - des variétés aux qualités nutritionnelles améliorées. Les partenariats entre les centres du GCRAI, les Systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) et le secteur privé, particulièrement dans le volet de la biotechnologie moderne, devraient être renforcés afin d'améliorer la qualité du riz, ainsi que la productivité et l'efficience en matière de production du riz.