02.07.2013

Les experts établissent la voie à suivre et s’engagent envers la réalisation du droit à une alimentation adéquate

Le 14 juin 2013, plus de 40 experts en provenance de 8 pays ouest-africains ont terminé une consultation de deux jours avec l’adoption de recommandations et d’engagements portant sur des activités concrètes à être menées dans leur champs d’expertise afin de contribuer à l’avancement du droit à l’alimentation dans la région. La réunion d’experts, convoquée par le Rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, était co-organisée par la FAO et le Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH).

La consultation a atteint tous ses objectifs : elle a fourni un forum où parlementaires, agents gouvernementaux, représentants d’OSC, d’institutions des droits de l’homme et d’organisations intergouvernementales, ont échangé des expériences riches et encourageantes sur les aspects pratiques de la mise en œuvre nationale du droit à l’alimentation. Les dialogues constructifs et sincères ont démontré la possibilité de regrouper tous les secteurs envers un agenda commun – le droit à l’alimentation comme réalité pour tous – et de répliquer cette dynamique au niveau national.

Un rapport détaillé par le Rapporteur spécial des Nations Unies, fondé sur les enseignements qu’il a pu tirer de son mandat, et comprenant les consultations régionales en matière de droit à l’alimentation menées en Amérique latine et dans les Caraïbes (2011), en Afrique australe et orientale (2012) et en Afrique occidentale (2013), est disponible ici.

La consultation a souligné, parmi plusieurs éléments, le rôle central que doit jouer le droit à l’alimentation dans les efforts pour éradiquer la faim, aussi bien à titre d’objectif général que d’approche qui promeut la participation, la transparence et l’autonomisation. Inclure les petits agriculteurs, éleveurs, pêcheurs et les femmes dans la prise de décision assure que les investissements dans l’agriculture et dans le développement rural contribueront à réduire la pauvreté dans les zones rurales. Les filets de sécurité sociale guidés par les droits de l’homme aideront également à garder l’emphase sur les besoins et les droits des groupes les plus vulnérables, en plus d’accroître la résilience des foyers face aux événements climatiques. Consolider les mécanismes de coordination, de reddition de comptes et de suivi permettra d’avoir de meilleures politiques et interventions ciblées ainsi qu’une efficacité accrue des mesures et des plans. L’Afrique étant un jeune continent, plusieurs participants ont souligné l’importance de mettre en place un environnement où les jeunes peuvent se développer, s’engager, étudier et travailler. À la fin de la consultation, les participants ont pris des engagements concrets quant au actions subséquentes à prendre. Ces engagements vont de la tenue d’événements de sensibilisation et de formation au sein de leur structure respective, à l’apport de conseils techniques et le dialogue avec des parlementaires sur des enjeux spécifiques.

 

 

Photos: ©Nicolas Meulders

 

Par ailleurs, la consultation a offert une opportunité d’accroître la connaissance du droit à l’alimentation et des moyens pratiques de sa mise en œuvre. Les médias étaient présents lors de la cérémonie d’ouverture le 13 juin 2013. À cette occasion, M. Lamourdia Thiombiano, Représentant régional adjoint de la FAO pour l’Afrique, a partagé les récentes initiatives de l’Organisation dans la région ainsi que le rôle du droit à l’alimentation dans ce contexte.

>> lire le discours en français ici

M. Faustin Diatta, Conseiller technique du Ministre de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal, a mis l’emphase sur l’engagement des autorités sénégalaises dans la lutte contre la faim et pour la réalisation du droit à l’alimentation.

>> lire le discours en français ici

De plus, lors d’un échange avec les médias le 14 juin 2013, quelques participants ont partagé leur expérience et leurs impressions avec les représentants des médias.

Tous les éléments – les engagements des acteurs nationaux, les priorités des organisations régionales, les initiatives globales pour éradiquer la faim ainsi que le choix du droit à l’alimentation à titre de thème de la journée de la sécurité alimentaire 2013 du NEPAD – indiquent qu’il s’agit du moment opportun, en Afrique, afin de renforcer le travail sur le droit à l’alimentation en tant qu’objectif général, approche pour le développement, et nouvelle façon d’agir, où les gens qui souffrent de la faim ne sont pas des bénéficiaires de la charité, mais des détenteurs de droits autonomisés et les acteurs de leur développement.

Liens connexes

Archive des nouvelles