Dossier d’information

Messages importants

  • La vision du développement durable envisagée à Rio ne peut être réalisée qu'en éliminant définitivement la faim et la malnutrition.
  • La vision de Rio exige que les systèmes de consommation et de production alimentaire produisent plus avec moins.
  • La transition vers un avenir durable impose une modification fondamentale des modes de gouvernance de l'alimentation et de l'agriculture, ainsi qu'une répartition équitable des coûts et des avantages qui en découlent.  
       

Powerpoint:  FAO at Rio+20 and beyond (en anglais)

   

Vidéos

Unis pour un avenir plus sain: projet conjoint de l’ONU au Bangladesh

Ici, au Bangladesh, près de 40 pour cent de la population est pauvre. Avec la flambée des prix alimentaires et la recrudescence des catastrophes naturelles, les enfants et les mères sont les plus à risque de malnutrition. Améliorer la sécurité alimentaire de ces catégories est l'un des enjeux les plus délicats des Objectifs du Millénaire pour le développement. Trois organismes des Nations Unies - FAO, PAM et UNICEF - œuvrent de concert pour venir en aide aux plus vulnérables.

Sierra Leone: L'agriculture, une activité commerciale

Ces vidéos montrent comment, grâce aux fonds de l’UE, la FAO a fourni formation, équipement et autres intrants à 44 000 agriculteurs dans le but d’augmenter la production et la productivité agricole, en partenariat avec le Gouvernement de Sierra Leone et d’autres organisations humanitaires.

 

plus de vidéos...

 
 

Histoires sur l’alimentation et l’environnement

Programme de gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique de l'Ouest

Mis en œuvre dans le but d'améliorer les compétences agricoles et de sensibiliser les petits exploitants sur les substituts des produits chimiques, à la fin de 2010, le Programme de gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique de l'Ouest avait collaboré avec 116 000 agriculteurs dans quatre pays. Les activités ont permis d'améliorer les rendements et les revenus, ainsi que de réduire fortement l'utilisation de produits chimiques. Les trois objectifs principaux du Programme sont les suivants: renforcer les capacités agricoles locales, améliorer la sécurité alimentaire et les moyens d'existence, et sensibiliser les agriculteurs sur les effets négatifs externes et les options positives.

Pour plus d'informations sur le Programme de gestion intégrée de la production et des ravageurs, voir «Moins de pesticides, plus de rendements et de revenus»
http://www.fao.org/news/story/fr/item/48883/icode/

plus d'histoires... 

 

Publications

Nature & Faun. Volume 26, Issue 1 21 March 2012 Avec son accent spécial sur “Le secteur forestier dans l’économie verte en Afrique”, ce numéro montre plusieurs moyens par lesquels les secteurs de la foresterie et des ressources naturelles peuvent contribuer aux besoins de l’économie verte en Afrique. Une économie verte est une économie qui entraine un mieux être humain et l’équité sociale, tout en réduisant de manière substantielle les risques environnementaux et les pénuries écologiques. Le Global Citizens Center dirigé par Kevin Danaher définit l’économie verte comme un agrégat global de communautés individuelles qui satisfait les besoins de ses citoyens grâce à la production locale responsable et à l’échange de biens et services. Le présent numéro souligne l’importance du secteur forestier pour l’ensemble de l’économie et pour l’utilisation des terres de la région, démontrant son potentiel pour une amélioration (ou aggravation) notable des mérites ‘verts’ d’une économie. Il s’agit là d’un message important sur la foresterie et l’écologie. Vous découvrirez comment la foresterie aide l’écologie et les défis auxquels elle est confrontée dans ce processus en matière d’énergie, d’eau, de gestion du carbone, de gestion de la biodiversité et de conservation. Les articles examinent comment la foresterie continuera de remplir ses fonctions économiques, environnementales et sociales en Afrique tout en interagissant avec d’autres secteurs pour développer une économie globale ‘verte’. [more]
21 March 2012 The aim of this paper is to discuss how the entire food sector, from the farmer's fi eld to the consumer's plate, can become more "energy-smart". Becoming energy-smart will require a transformation along the food chain that involves: - relying more on low-carbon energy systems and using energy more effi ciently; - strengthening the role of renewable energy within food systems; - providing greater access to modern energy services for development, and at the same time supporting the achievement of national food security and sustainable development goals. This paper provides examples of energy-smart practices for both small-and large-scale enterprises and covers the entire food sector. [more]

plus de publications...

dernière mise à jour:  jeudi 7 juin 2012