FAO.org

Accueil > Themes_collector > L'Emploi rural décent > Domaines d’activité > Les migrations > Mobilité des jeunes, sécurité alimentaire et réduction de la pauvreté rurale
L'Emploi rural décent

Mobilité des jeunes, sécurité alimentaire et réduction de la pauvreté rurale

Favoriser la diversification par l’amélioration de l’emploi des jeunes et une meilleure mobilité du travail


Les jeunes constituent généralement une population très mobile et représentent une part très importante des migrants internationaux.
En Afrique, la majorité des jeunes migrants sont originaires des zones rurales. En effet, la large majorité de la population pauvre et confrontée à l’insécurité alimentaire vit dans les zones rurales et dépend de l’agriculture. Les migrations des jeunes ruraux sont de plus en plus importantes due au manque d’opportunités pour eux de gagner leur vie décemment grâce à l’agriculture. La faible productivité, l’accès difficile au marché et le manque d’interaction entre les activités agricoles et non agricoles entravent l’accès des jeunes à des emplois rémunérateurs. La jeunesse connait souvent des difficultés d’accès à la terre, aux crédits et au capital nécessaires à la création de leur propre activité agricole. La migration africaine due aux situations de stress économique risque d’augmenter de manière dramatique si ses causes profondes ne sont pas prises en considération. Des solutions innovantes sont nécessaires afin de traiter du mieux possible les causes profondes des migrations économiques. La promotion d’opportunités d’emplois ruraux agricoles et non-agricoles viables doit être au centre de toutes les solutions.

Le rôle de la FAO : 

Pour faire face à ce défi, la FAO met en œuvre un projet sur 2 ans qui vise à atténuer les migrations dues à des situations de stress économique dans deux pays, la Tunisie et l’Ethiopie, avec le support de l’Agence italienne de coopération pour le développement. Le projet promeut des mécanismes innovants et des stratégies de développement rural avec comme objectif d’atténuer les migrations des jeunes en leur permettant l’accès a des emplois productifs et des opportunités d’entreprenariat dans l’agriculture. 

Plus particulièrement le projet a pour objectif d’:

  • Améliorer les connaissances et sensibiliser sur les moyens d’exploiter le potentiel des migrations et des mobilités économiques afin de promouvoir l’emploi des jeunes dans l’agriculture.
  • Améliorer la cohérence des politiques afin de gérer au mieux les migrations rurales et de créer des opportunités pour les jeunes ruraux d’accéder à des emplois décents ou à se lancer dans une activité entrepreneuriale agricole en Tunisie et Ethiopie. 

En Ethiopie comme en Tunisie, le développement agricole et rural est lié aux flux migratoires et au chômage. Ces deux pays partagent les mêmes profils démographiques concernant la jeunesse ainsi que les mêmes défis afin d’assurer des opportunités d’emploi et d’entreprenariat pour les jeunes ruraux.

Le projet va renforcer les capacités nationales de l’Ethiopie et de la Tunisie afin d’empêcher les migrations de stress économiques des jeunes. Il renforcera également les capacités des différents acteurs impliqués, les gouvernements, les organisations de producteurs et les réseaux de migrants afin que la question des migrations influence les projets de développement. Le projet supportera également les mécanismes innovants et les partenariats qui sont actifs dans la création d’opportunités d’emplois agricoles décents pour les jeunes ruraux. Dans les deux pays, la FAO va créer des partenariats avec les différents ministères et acteurs ruraux, tels que les organisations de producteurs. De plus la FAO va collaborer avec d’autres organisations internationales telles que le OIT, l’IFAD ou l’OIM.

Au niveau global, le projet améliorera les connaissances et la compréhension des causes profondes des migrations de stress économique pour les jeunes ruraux. Il prend en considération comment les processus de transformation des structures agricoles et des zones rurales influencent les migrations, et comment les migrations et les versements économiques des migrants peuvent contribuer à la réduction de la pauvreté rurale et de la sécurité alimentaire. Les recommandations et leçons apprises grâce à l’implémentation des projets au niveau national seront partagées et pourront servir d’exemples auprès des différents acteurs et des mécanismes globaux de coopération tels qu’au sein de la Réunion plénière de haut niveau sur la jeunesse et du Global Migration Group.