FAO.org

Accueil > SAVE FOOD: Initiative mondiale de réduction des pertes et du gaspillage alimentaires > Nouvelles et multimédia > Nouvelles > News Details
SAVE FOOD: Initiative mondiale de réduction des pertes et du gaspillage alimentaires

Lancement du Protocole pour les pertes et le gaspillage alimentaires au Sommet 3GF 2016

24 May 2016

 

Le but du Sommet 3GF est de créer un forum susceptible de favoriser et accélérer la création d’un sous-ensemble d’objectifs de développement durable, par le biais de partenariats entre le secteur publique et privé. Le Sommet 3GF de 2016 va porter sur le sous-ensemble de ODD qui soient harmonisés avec les leviers de la croissance verte, tels que les villes, l’énergie, les forêts, l’eau, les terres, la production et la consommation durables, la nourriture et la faim, la finance.

L’aspect principal du 3GF réside dans la façon dont il permet la création et l’accélération de partenariats uniques et novateurs, à grande échelle. Le Sommet 3GF de 2016 permettra de construire de nouveaux partenariats uniques dans leur genre, sur la base des résultats accomplis. Cela sera possible grâce à l’approche axée sur le partage des connaissances concernant les histoires entrepreneuriales de succès, souvent à travers de nouvelles données factuelles, susceptibles d’engendrer, à la fois, plus d’innovations, ainsi que des opportunités pour créer des réseaux de plus haut niveau, qui vont orienter les actions à entreprendre dans le futur. Le travail du 3GF représente un processus continu et dynamique – visant à donner des solutions qui puissent être facilement réitérées, accélérées et élargies à plus grande échelle, pour obtenir un impact majeur.

Parmi les exemples excellents, l’on trouve le Protocole sur les pertes et le gaspillage alimentaires. Il s’agit là d’un partenariat international et multipartite consacré à la réduction du gaspillage alimentaire, tout au long de la chaine de valeur, dans son ensemble, du producteur au consommateur, visant à améliorer l’emploi de ressources précieuses. Le protocole de ce partenariat sera lancé au Sommet 3GF de 2016, à Copenhague, le 6 Juin prochain, sous le titre : Tout ce qui peut être mesuré, peut également être géré: présentation des partenariats 3GF ayant développé des normes globales pour mesurer les pertes et le gaspillage alimentaires d’une façon transparente, fiable et cohérente.”

Objet:

Les objectifs de cet évènement sont les suivants:

  1. Lancer officiellement les Normes en matière de pertes et gaspillage alimentaires au public et encourager leur emploi à vaste échelle, ainsi que leuradoption par les parties concernées. Cela aboutira, à la fois, à accélérer et renforcer la réponse mondiale aux défis représentés par les pertes et le gaspillage alimentaires.
  2. Valider les Normes en matière de pertes et gaspillage alimentaires en les associant avec des partenaires, tels que des institutions et des entreprises de haut niveau, qui ont déjà été impliqués dans leur conception et/ou bien qui les ont déjà soutenues en tant que solution au problème.
  3. Sensibiliser le public sur la plateforme du 3GF en tant que pépinière de projets et moteur pour accélérer les partenariats du secteur public et privé au niveau mondial, ainsi que sur les solutions aux défis essentiels du développement durable et du changement climatique, tels que les pertes et le gaspillage alimentaires.

 

Messages

  • Environ un tiers de la nourriture totale destinée à la consommation humaine est perdue ou gaspillée dans le monde, de la ferme à l’assiette.
  • Un niveau d’inefficacité si énorme engendre des impacts économiques, sociaux et environnementaux considérables, qui causent $ 940 milliards de pertes économiques annuelles, ce qui ne fait qu’exacerber le problème de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition.
  • La nourriture qui va être enfin perdue ou gaspillée consomme un quart de la quantité totale d’eau employée en agriculture pendant une année entière; elle a besoin d’une surface de terre à culture de la taille de la Chine toute entière et elle provoque enfin environ 8% d’émissions de gaz à effet de serre.
  • Par conséquent, la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires peut alléger la charge sur l’eau, les terres et le climat et elle peut représenter une opportunité pour nourrir plus de personnes.
  • De toute façon, actuellement, la plupart des pays et des entreprises ne connaissent pas l’envergure réelle du phénomène, ni dans quels lieux au sein de leurs frontières, où à quel point des opérations, ni dans quelle phase de la chaine d’approvisionnement, se produisent les pertes.  En outre, la notion de “pertes et gaspillage alimentaires” varie largement d’un lieu à l’autre.  Faute d’un ensemble de définitions claires et précises et d’un cadre d’informations et d’évaluations, il est difficile de comparer les différentes données mises à disposition avec le temps par les parties concernées et d’en tirer les conclusions les plus utiles.
  • Les normes en matière des pertes et du gaspillage alimentaires fournissent donc un cadre règlementaire à niveau mondial, à savoir:
    • Des critères et des orientations pour toutes les entreprises, les pays ou d’autres organismes susceptibles de les employer dans le processus de quantification et rapport ou évaluation du poids de la nourriture et/ou des parties non comestibles y associées, qui sont jetées dans la chaine d’approvisionnement alimentaire.
    • Des orientations cohérentes, pratiques en matière de meilleures pratiques à suivre dans le monde entier, pour les utilisateurs sur ce qui doit être mesuré et comment le mesurer.
  • Le Protocole sur les pertes et le gaspillage alimentaires, ainsi que les normes en matière des pertes et du gaspillage alimentaires, ont été conçus et créés grâce à la plateforme du 3GF. Ils sont le résultat du travail d’un partenariat multipartite international qui est ressorti pendant le Sommet du 3GF de 2012 et, par conséquent, les normes en matière des pertes et du gaspillage alimentaires vont être officiellement lancées pendant le Sommet 3GF de 2016.
  • Le développement des normes en matière de pertes et gaspillage alimentaires a été financé par l’Agence danoise pour le développement international (Danida).

Share this page