Sustainable Development Banner
Environnement

Environnement

Conventions et accords environnementaux

Energie et technologies de l'environnement

Gestion et politiques environnementales

Information géographique, surveillance et évaluation de l'environnement


Calendrier

Liens

Publications

Sections spéciales

Site map

Réactions?

Copyright

Connaissance
Institutions
Société



SD en bref

février 2002

L'agriculture biologique au Senegal

Nouvelle publication

Le Sénégal est un pays sahélien qui couvre une superficie de 219.253 km², avec une population avoisinant les 9.240.000 habitants (1999). La population agricole est de 6.990.000 habitants (1999), soit 75% de la population du pays. Le taux de croissance démographique annuel est de 2,6 (1998). L'agriculture occupe une place prépondérante dans la vie socio-économique du Sénégal. La population rurale active, qui est de 3.081.000 habitants, représente 73,7% de la population totale active qui elle est de 4.180.000 habitants (2000).

Le secteur primaire, durant la période 1990-95, a contribué à 20,8% au produit intérieur brut (PIB), dont 10,6 pour l'agriculture, 7,6% pour l'élevage, 2,1% pour la pêche et 0,5 pour la forêt. La part de l'agriculture dans le PIB, qui était de 18% au cours de la période 1960-86, est à la baisse tandis que la part de l'élevage dans le PIB est en croissance. Ce sous-secteur fournit jusqu'à 45% des revenus de l'exploitation agricole et constitue de ce fait une activité économique importante pour la population rurale.

L'agriculture affronte également un certain nombre de contraintes écologiques variant selon les régions du pays. Ces contraintes sont : la salinité, l'acidification, l'érosion éolienne des sols, la réduction des aires de pâturage, le surpâturage, la réduction des superficies de formation forestières (due au contrôle des crues et à la destruction du couvert végétal), l'avancée des dunes vives et la remise en mouvement des dunes anciennes, l'ensablement des terres de bas-fonds, et le risque de rupture de l'équilibre entre l'eau douce et l'eau salée (menace d'intrusion marine). Ces problèmes, issus d'une mauvaise gestion agricole, s'ajoutent à la précarité du climat (faiblesse et irrégularité des pluies) et menacent la productivité et la rentabilité des exploitations agricoles. De ces problèmes découlent l'aggravation de la dégradation des terres de culture et des ressources naturelles en général.

Au plan social, la politique d'"assistanat" affecte beaucoup le comportement du paysan sénégalais au point de diminuer en lui tout esprit d'initiative. A titre d'exemple, le paysan sénégalais ne travaillerait en moyenne que trois heures par jour. En trois ans, des visites aux champs en période d'hivernage permettent de constater que les travaux champêtres sont en majorité faits par les enfants et par les femmes. Le paysan sénégalais n'est pas en mesure de vivre des fruits de sa récolte plus de trois mois sur les douze.

Les réformes des politiques d'ajustement structurel ont impliqué un désengagement de l'état qui s'est traduit par le transfert de certaines fonctions (dévolues jadis aux organismes publics) aux agriculteurs. L'élimination des subventions sur les intrants et du crédit agricole, la libéralisation des marchés des produits agricoles, et la dévaluation du franc CFA ont complètement désorienté au départ le paysan sénégalais mal préparé à ce contexte. Cependant, la réduction des prérogatives de l'état dans la prise en charge du développement a permis peu à peu aux organisations professionnelles de s'affirmer comme des interlocuteurs responsables dans le développement local. L'encouragement aux organisations paysannes du monde rural à remplacer l'état dans le domaine des intrants, des services vétérinaires et la gestion des ressources naturelles, incitent à l'adoption d'approches alternatives de production.

Pour plus d'informations sur ce document, veuillez cliquer ici.



Page d'accueil SD Retour en début de page Page d'accueil FAO