Sustainable Development Banner
Connaissance

Connaissance

Communication pour le développement

Education

Recherche et technologie

Vulgarisation


Calendrier

Liens

Publications

Sections spéciales

Site map

Réactions?

Copyright

Environnement
Institutions
Société



SD en bref

juillet/août 2003

Nouvelle publication

Inventaire et utilisation des moyens traditionnels de communication au centre, sud, est et extrême-nord du Cameroun

Etude de cas 20

par le Groupe de la communication pour le développement
Service de la vulgarisation, de l’éducation et de la communication
Division de la recherche, de la vulgarisation et de la formation de la FAO

En Collaboration avec:

PROJET FPA/CMR/903/FPA
Information, éducation, communication communautaire
en matière de santé de la reproduction au Cameroun (IEC/SR)

Cette étude a concerné 18 villages qui ont été répartis de la manière suivante: cinq dans la province du Centre; cinq dans la province de l'Extrême-Nord; quatre dans la province du Sud; quatre dans la province de l'Est. Cette étude avait pour objectifs essentiels d'inventorier de manière exhaustive tous les moyens traditionnels de communication; relever les contraintes liées à leur utilisation; sélectionner les moyens de communication pouvant être vulgarisés et d'élaborer une stratégie de vulgarisation des moyens de communication retenus. La méthodologie de l'enquête s'est fondée sur la Méthode Active de Recherche Participative (MARP exploratoire).

De cette étude, il ressort que les moyens traditionnels de communication utilisés sont: le tam-tam, les chansons accompagnées de danses dans toutes les provinces; le xylophone (Centre, Sud); le griot, le balafon (Est); les collaborateurs des chefs traditionnels (Lawanes, Djaoros), les messagers du chef et les Muezzins (Extrême-Nord). Cependant le messager du chef; le cor; l'étsiga et les contes ont disparu. En résumé il ressort que les personnes-ressources/promoteurs sont généralement rares. Les contraintes à l'utilisation de ces moyens, sont nombreuses et varient selon les moyens et à savoir: la rareté de la matière première, des fabricants, des joueurs d'instruments de communication, des personnes-ressources, non initiation par les anciens, désintérêt des jeunes, conflits de générations, modernisme et moyens modernes de communication, complexité de l'apprentissage de l'utilisation (décryptage difficile, accès et initiation discriminatoire), possibilité de dénaturation des messages, manque de motivation, déplacements difficiles et lenteur de transmission. Il est à noter que les moyens pouvant être retenus pour la vulgarisation sont: le tam-tam, les collaborateurs et les messagers du chef pour la mobilisation sociale en faveur des séances de sensibilisation en SR, les chansons accompagnées de danses, les griots et xylophones pour les messages en SR proprement dits. Dans ce domaine la stratégie de vulgarisation à adopter devra comprendre les étapes suivantes: plaidoyer auprès des autorités traditionnelles sur l'importance de ces moyens de communication; recensement des personnes ressources et sélection des personnes susceptibles d'être formées; création des foyers pilotes d'apprentissage et orientation des populations désireuses de se former vers ces foyers; formations des formateurs bénévoles; extension/vulgarisation progressive à partir des foyers pilotes et des formateurs bénévoles.

Pour plus d'informations sur cette publication, veuillez cliquer ici.

Pour plus d'informations sur ce thème:



Page d'accueil SD Retour en début de page Page d'accueil FAO