Sections spéciales Environnement
ACTION 21 10 Terres 11 Déboisement 12 Désertification 13 Montagnes
14 Agriculture 15 Biodiversité Climat Energie

Rapports d'activité
FAO, juin 1997
Chapitre 11:
Lutte contre le déboisement

L'enjeu

La conservation et la mise en valeur des ressources forestières sont indispensables au bien-être de l'humanité. Les forêts assurent le maintien de l'équilibre écologique et de la diversité biologique, protègent les bassins versants et ont une influence sur les conditions météorologiques et le climat. Elles permettent aux communautés rurales de se procurer du bois, de la nourriture, du combustible, du fourrage, des fibres et des engrais organiques. Les entreprises qui exploitent les ressources forestières offrent du travail et des revenus aux populations locales. Les forêts sont partie intégrante du système global d'utilisation des terres et elles sont en étroite relation avec la production alimentaire et agricole.

On assiste, toutefois, à une diminution rapide des ressources forestières. Plus de 150 000 km2 de forêts tropicales disparaissent chaque année, essentiellement du fait de la croissance démographique qui pousse à une utilisation impropre des terres. Dans de nombreux pays, la dégradation des forêts restantes est due au surpâturage, au déboisement excessif, à la pollution atmosphérique, à l'exploitation minière et à l'extraction pétrolière. A l'avenir, les services et les produits industriels offerts par le secteur forestier seront encore plus recherchés. Parallèlement, l'avancée des terres agricoles, l'empiétement des infrastructures et l'urbanisation se font sentir d'une manière encore plus pressante.

La CNUED a estimé que la protection de l'environnement s'inscrit à part entière dans le processus de développement et devrait avoir pour but de réduire la pauvreté et d'établir un équilibre entre l'efficacité économique et la durabilité. Dans cette optique, il a été décidé que toutes les forêts devaient être gérées de manière durable, du fait des services sociaux, économiques et écologiques qu'elles offrent et des avantages qui en découlent. En outre, il serait souhaitable d'encourager activement une large participation populaire aux activités de ce secteur.

Il faudrait aussi que les efforts accomplis par les pays en développement pour améliorer la gestion, la conservation et la mise en valeur durable de leurs ressources forestières soient soutenus par la communauté internationale. La réglementation visant le commerce des produits forestiers devrait être non discriminatoire et établie sur la base de dispositions prises d'un commun accord. De même, il importe de respecter les droits souverains des pays dans lesquels se trouvent les ressources forestières.

Progrès accomplis depuis la CNUED

En février 1997, le Groupe intergouvernemental spécial sur les forêts (IPF), sous les auspices de la Commission du développement durable (CDD), a achevé 18 mois d'échanges au niveau des politiques qui ont permis de définir le «Programme d'action mondial sur les forêts». Il a été réaffirmé que la conservation et la mise en valeur durable des forêts sont des questions très importantes pour la communauté internationale et l'on a souligné les liens intersectoriels entre le Chapitre 11 et d'autres domaines prioritaires du programme Action 21.

Le Groupe a adopté des propositions pour l'action future et il est parvenu à un consensus sur des questions essentielles telles que les programmes forestiers natinaux et l'évaluation des ressources forestières. Le fonctionnement du Groupe intergouvernemental spécial sur les forêts, auquel ont participé activement des ONG, a permis de dégager de nouveaux partenariats intergouvernementaux et professionnels.

Le secteur des forêts occupe une place importante dans de nombreux textes juridiques internationaux; ainsi, l'Accord international sur les bois tropicaux (ITTA) reconnaît la nécessité de gérer les forêts tropicales de manière durable.

On estime que les travaux réalisés en vue de définir des critères et indicateurs scientifiques pour l'exploitation des forêts, dans le cadre du Processus d'Helsinki et du Processus de Montréal, devraient avoir un effet décisif sur les politiques forestières. Des démarches analogues sont en cours pour d'autres régions comme l'Amazonie, les zones arides d'Afrique, le Proche-Orient et l'Amérique centrale. Le cadre de travail et les définitions essentielles du programme «Evaluation des ressources forestières mondiales de l'an 2000» ont également été approuvés.

Ces dernières années, on a enregistré au niveau des pays une ouverture vers la participation de tous les intéressés aux prises de décisions, ce qui a permis d'élargir le rôle du secteur privé et des institutions régionales ou locales, et d'intégrer des questions intersectorielles dans les politiques et la planification. A l'heure actuelle, 50 pays en développement ont déjà achevé leur planification stratégique et 20 autres y travaillent activement.

On assiste à un accroissement des capitaux privés destinés au secteur forestier. Dans certains cas, les partenariats mixtes (secteur public/secteur privé) ont permis de couvrir les coûts supplémentaires liés au respect de l'environnement dans le développement durable des forêts. De même, on note que des progrès ont été réalisés dans le transfert des technologies et le renforcement des capacités dans plusieurs domaines, à savoir l'évaluation des ressources forestières, les stratégies forestières nationales, l'adoption de techniques et méthodes appropriées, le reboisement et l'agroforesterie.

Les questions clés

Le Groupe intergouvernemental spécial sur les forêts a mis l'accent sur plusieurs points essentiels et a recommandé l'adoption des mesures ci-après:

Le rôle de la FAO

En tant que maître d'uvre pour le Chapitre 11, la FAO a présidé une équipe de travail interorganisations sur les forêts (ITFF), qui a joué un rôle fondamental dans les travaux du Groupe intergouvernemental spécial sur les forêts. La FAO a dirigé l'élaboration des quatre éléments du programme de ce Groupe et a participé à la plupart des autres.

L'Organisation est chargée de l'exécution de plusieurs activités principales dans le secteur forestier en relation avec le suivi de la CNUED. Elle fait progresser les programmes forestiers nationaux à l'échelle internationale, elle organise des ateliers sur l'analyse stratégique, la planification, la programmation et le suivi et a fourni un soutien direct aux activités de 35 pays. Elle a préparé le Programme d'évaluation des ressources forestières mondiales de l'an 2000, qui recensera les forêts et les zones boisées et leur modification dans le temps, estimera la biomasse et le volume des arbres par grandes catégories de forêts, établira des cartes mondiales sur la végétation et l'écoflore et fournira des renseignements sur 15 indicateurs de gestion durable des forêts.

La FAO a réalisé des études sur les perspectives régionales (Europe, Asie et Pacifique et Afrique) qui servent à l'analyse stratégique de la consommation actuelle et future et des modèles de production des forêts. La FAO donne son appui au renforcement des capacités de négociation des populations autochtones et des communautés locales, et aux réseaux établis pour la conservation in situ dans les terres arides et semi-arides. Elle examine les accords institutionnels visant à favoriser les investissements destinés à la mise en valeur des forêts. Elle a également organisé des séminaires de formation sur les méthodes et les opérations de foresterie durable en Europe orientale et en Asie.

A l'avenir, les mesures porteront sur le renforcement des capacités afin de soutenir les rôles multiples des forêts, favoriser leur conservation, leur gestion et leur utilisation rationnelle et encourager la participation des populations locales aux activités forestières. Un effort spécial sera fait pour mettre à la disposition des pays membres et de la communauté forestière dans son ensemble les politiques et les conseils stratégiques nécessaires, à l'appui du programme Action 21 et des «Principes forestiers». La FAO encouragera la mise en place de programmes forestiers nationaux, conformément au Chapitre 11.

Accords institutionnels

L'Equipe de travail interorganisations sur les forêts compte parmi ses membres la FAO, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Banque mondiale, l'Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CBD) et le Groupe mixte PNUD-CDD. Sa stratégie pour une mise en place efficace des propositions du Groupe intergouvernemental spécial sur les forêts de la CDD comprend des mesures à l'échelon mondial, régional et national et sur les stratégies, mandats, politiques et programmes de travail des membres de l'Equipe de travail interorganisations et autres organisations pertinentes.

Cela devrait permettre de: déterminer les mesures spécifiques à prendre par les organisations membres de l'Equipe de travail sur les forêts et par d'autres organisations; de nommer les organisations responsables pour chaque domaine d'action ainsi que les accords de partenariat; de favoriser le partenariat entre les organisations internationales et les gouvernements et de déterminer les besoins financiers supplémentaires et de définir les procédures communes entre les organisations membres de l'Equipe de travail sur les forêts pour prendre contact avec les donateurs potentiels.


Contacts

Maître d'uvre pour le Chapitre 11
Jean Clément
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Tél.: (396) 5225 33589
Télécopie: (396) 5225 2151
Courrier électronique: jeanclaude.clement@fao.org

Président
Equipe de travail interorganisations sur les forêts (ITFF)
David A. Harcharik
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Tél.: (396) 5225 3550
Télécopie: (396) 5225 2151 - 52255137
Courrier électronique: david.harcharik@fao.org

Evaluation des ressources forestières mondiales de l'an 2000
Robert Davis
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture
Tél.: (396) 5225 3596
Télécopie: (396) 5225 6661
Courrier électronique: robert.davis@fao.org


Action 21: Introduction | 10 Terres | 11 Déboisement | 12 Désertification | 13 Montagnes | 14 Agriculture | 15 Biodiversité | Climat | Energie



Back to Top FAO Homepage