Participation Société

Novembre 2000

Suivi et évaluation de la participation des parties prenantes au sein des projets de développement agricole et rural: une revue bibliographique


Summaire

Les agences de développement ont commencé à introduire le concept de la participation dans les projets et les programmes à la fin des années 1970 et au début des années 1980 après que l'on ait identifié le manque de participation des bénéficiaires, comme l'une des causes de l'échec de la plupart des efforts consacrés au développement. Au début, l'accent avait été mis sur la participation populaire. Au cours de la dernière décennie, la promotion de la participation dans le développement est devenue plus courante et l'objectif s'est élargi jusqu'à inclure aussi d'autres parternaires.

La participation peut se dérouler à différentes étapes du cycle d'un projet et à différents niveaux de la société, en se présentant, chaque fois, sous une forme différente. Ces formes-là peuvent se ranger selon une progression qui va de la simple fourniture d'information à des programmes et des projets prédéterminés, jusqu'au partage de l'information, la consultation, la prise conjointe de décisions, le partenariat et l'auto-développement. La participation est en même temps le moyen et le but à atteindre. En qualité de moyen, la participation est un processus où les individus et les communautés collaborent et contribuent au déroulement des projets et des programmes de développement. Considérée comme un but, la participation est un processus qui met les individus et les communautés dans la condition d'acquérir les capacités, les connaissances, l'expérience, qui développe leur confiance en eux-mêmes et leur autonomie.

Les agences de développement seulement récemment ont reconnu la nécessité du suivi et de l'évaluation (SE) de la participation dans les projets et les programmes de développement. Trois aspects de la participation doivent être évalués:

  1. le degré et la qualité de la participation ;
  2. les coûts et les avantages de la participation pour les différents partenaires concernés ;
  3. l'impact de la participation sur les produits obtenus, les performances réalisées et la durabilité.

Comme la participation est un processus qualitatif, les méthodologies de SE conventionnelles ne sont pas adaptées pour évaluer la participation. Les expériences pour le contrôle et l'évaluation de la participation sont encore limitées. Une plus grande attention à été consacrée à l'identification des parties prenantes et à l'appréciation du degré et de la qualité de leur participation plutôt qu'à l'évaluation des coûts/bénéfices de cette participation ou à l'impact qu'elle a pu avoir. Le petit nombre d'évaluation des coûts/bénéfices de la participation que l'on trouve dans la littérature, se réfère avant tout aux coûts financiers pour l'agence donatrice. Ainsi, la Banque Mondiale a développé un système d'évaluation des coûts qu'elle doit supporter en matière de participation. L'appréciation de l'impact de la participation a été effectuée essentiellement à l'occasion d'évaluations ex-post, d'études de cas, d'enquêtes et d'analyses statistiques. On trouve aussi quelques expériences utilisant en même temps les méthodes conventionnelles et les méthodes participatives de SE. Bien que ces expériences soient encore limitées, elles suggèrent que la participation a un impact positif sur le déroulement des projets et des programmes, comme sur les résultats et sur leur durée.



Back to Top FAO Homepage