Sustainable Development Banner
Environment4 banner

Environment banner

Conventions et accords environnementaux

Energie et technologie de l'environnement

Gestion et politiques environnementales

Information géographique, suivi et évaluation de l'environnement

Calendrier

Liens

Publications

Réactions?

Copyright

Institutions
Knowledge
People

SD home
About SD

octobre 2004

Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) : lier agriculture et développement

par Alemneh Dejene
Service de l'environnement et des ressources naturelles
Division de la recherche, de la vulgarisation et de la formation de la FAO

Le nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) est une approche endogène de terrain qui vise à relever les grands défis de développement que connaît l'Afrique. Il est le fruit d'une vision et d'une détermination collective de plusieurs dirigeants africains engagés à mettre leurs pays respectifs sur le chemin d'un développement autonome et durable. L'approche du NEPAD estime qu'une amélioration de la productivité agricole peut jouer un rôle essentiel dans la réduction de la pauvreté en Afrique, avec un large recours aux technologies améliorées et des investissements ciblés. La communauté internationale a accueilli et formalisé le NEPAD, lors du Sommet mondial sur le développement durable (SMDD) à Johannesburg, en 2002, et a appelé à un large soutien à la mise en place de cette approche. Le programme global de développement de l'agriculture africaine (CAADP) – conçu par la FAO, en collaboration avec le secrétariat du NEPAD et soutenu par les Ministres africains de l'agriculture – constitue un pas important vers la réalisation des objectifs du NEPAD, qui consistent à encourager la croissance économique dans les pays africains, en se basant sur l'amélioration de la productivité et la compétitivité de l'agriculture.

Pour mettre en œuvre cette approche, le CAADP doit repositionner la croissance et la compétitivité de l'agriculture dans les priorités de l'agenda de développement de l'Afrique. Pour cela, il recommande d'orienter les investissements – avec un coût indicatif de l'ordre de 251 milliards US$ entre 2002 et 2015 – vers quatre secteurs fondamentaux : (a) développement et maintenance des terres à gestion et à contrôle de l'irrigation durables (69 milliards US$) ; (b) amélioration des infrastructures rurales (126 milliards US$) et des capacités commerciales correspondantes pour améliorer l'accès au marché (3 milliards US$) ; (c) amélioration des approvisionnements alimentaires et réduction de la faim, avec une amélioration des politiques et des technologies pour les petits exploitants (8 milliards US$) et mise en place d'un filet de sécurité et de réponse aux urgences (35 milliards US$) ; (d) un quatrième axe, à plus long terme, concerne la recherche agricole, ainsi que la diffusion et l'adoption des technologies (5 milliards US$).

Toutefois, un des principaux défauts du CAADP est qu'il s'implique beaucoup dans la production agricole et peu dans les secteurs de l'élevage, de la pêche et de la forêt même si ces secteurs ont joué un rôle central en termes d'alimentation et de revenus dans la plupart des pays africains. De plus, les questions de la durabilité de l'environnement et de la gestion des ressources naturelles n'ont pas été suffisamment traitées par le CAADP. Cela a incité la FAO à élaborer un Guide des secteurs de la forêt, de la pêche et de l'élevage, qui a été adopté par le secrétariat du NEPAD et la Conférence régionale de la FAO pour l'Afrique en mars 2004. Le document souligne les défis et les opportunités auxquels l'Afrique est confrontée dans l'utilisation et la gestion durables de ses ressources naturelles et dans le développement durable des secteurs de l'élevage, de le pêche et de des forêts, qui sont des éléments essentiels pour l'atteinte des objectifs du CAADP.

(disponible en anglais)

Pour plus d'informations sur cette publication, veuillez cliquer ici .

Pour plus d'informations:



SD Homepage Back to Top FAO Homepage