Sustainable Development Banner
People1 banner

People

Genre et développement

Moyens d'existence durables

Participation

Population

Calendrier

Liens

Publications

Réactions?

Copyright

Environment
Institutions
Knowledge

SD home
About SD

décembre 2004

Renforcer la capacité institutionnelle d'atténuation de l'impact du VIH/SIDA sur le secteur agricole – Interventions potentielles d'atténuation


La pauvreté demeure un problème endémique en Zambie. Selon l'étude de suivi des conditions de vie, entreprise dans ce pays en 1998, 73% de la population étaient considérés comme vivant en état de pauvreté. La pauvreté existe depuis longtemps en Zambie, mais il est clair que les maladies, notamment le VIH/SIDA, l'ont exacerbé et ont conduit au déclin de la productivité agricole et à l'augmentation de l'insécurité alimentaire des ménages. Actuellement, on estime que 16% des zambiens âgés de 19 à 49 ans sont séropositifs au VIH.

Les effets cumulés et à long terme de l'épidémie du VIH/SIDA érodent lentement la sécurité alimentaire, compromettent les moyens d'existence de la population rurale et accentuent la pauvreté. Les liens entre le VIH/SIDA, la sécurité alimentaire et les moyens d'existence ruraux ont été explorés par le Programme intégré de soutien au développement durable et à la sécurité alimentaire (IP) de la FAO. Il s'agit d'un programme interdépartemental impliquant sept services de la FAO et s'appuyant sur des études de base menées en Zambie, Ouganda et Namibie. Les résultats de l'étude de base – conduite par la FAO dans la province du sud de la Zambie – attribuent au VIH/SIDA le fort déclin de la production agricole (moins de terres cultivées, utilisation décroissante des intrants agricoles) et l'affaiblissement du statut nutritionnel des ménages vulnérables (ménages avec des membres chroniquement maladies, ménages dirigées par les veuves et ménages accueillant des orphelins).

Le Ministère de l'agriculture et des coopératives (MACO) reconnaît que le VIH/SIDA compromet sérieusement tous les efforts entrepris pour développer un secteur agricole durable et viable. Dans le programme d'investissement du secteur agricole, un budget spécial a été alloué aux activités relatives au VIH/SIDA. Le MACO a formé des points focaux en prévention et conseil VIH/SIDA au niveau national, au niveau du Bureau provincial du Coordinateur de l'agriculture (PACO) et niveau du Bureau du coordonnateur de l'agriculture du District et les a dotés en préservatifs. Actuellement le VIH/SIDA est surtout considéré comme un problème de santé et les personnels techniques du MACO ne sont pas suffisamment informés sur les stratégies d'atténuation qui pourraient être introduites, l'action s'étant jusqu'ici surtout centrée sur la prévention et le conseil.

Il existe donc une nécessité impérieuse de relever le niveau de sensibilisation des décideurs politiques de l'agriculture et des responsables du MACO sur les liens entre le VIH/SIDA et la sécurité alimentaire et sur les actions qui pourraient être entreprises pour atténuer les effets du VIH/SIDA dans le secteur agricole.

En conséquence, le gouvernement de Zambie, à travers son ministère de l'agriculture et des coopératives, a requis l'assistance du Programme de coopération technique (TCP) de la FAO pour l'aider à relever la prise de conscience des responsables de l'agriculture du ministère et à renforcer leurs capacités, afin qu'ils soient en mesure de s'attaquer aux problèmes liés au VIH/SIDA et d'atténuer l'impact négatif du VIH/SIDA sur la production agricole et la sécurité alimentaire des ménages. Compte tenu de la nature transversale du VIH/SIDA, il est essentiel d'identifier les possibilités d'interventions relevant du mandat du MACO. Cette identification constituera l'amorce d'un cadre de travail intégré pour la mise en œuvre d'activités d'atténuation et pourrait aider au pilotage de l'action future du MACO.

(disponible en anglais)

Pour plus d'informations sur cette publication, veuillez cliquer ici .

Pour plus d'informations:



SD Homepage Back to Top FAO Homepage