Sustainable Development Banner
People4 banner

People

Genre et développement

Moyens d'existence durables

Participation

Population

Calendrier

Liens

Publications

Réactions?

Copyright

Environment
Institutions
Knowledge

SD home
About SD

juillet/août 2004

Nouvelle publication

Le rôle des institutions locales pour la réduction de la vulnérabilité aux catastrophes naturelles récurrentes et pour le développement durable des moyens d'existence dans les zones à hauts risque

Etude de cas : Province d'Ilo-Ilo, Philippines


Cette étude de cas, qui porte sur le rôle des institutions locales pour la réduction de la vulnérabilité aux catastrophes naturelles récurrentes et le développement durable des moyens d'existence dans les zones à hauts risques a été rédigée pour l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Son but est de contribuer à la compréhension du rôle des institutions et des organisations locales dans la conception et la mise en place de stratégies de gestion des risques de catastrophes, ainsi que celui des autorités locales pour construire un capital social afin de prévenir les catastrophes et de s'y préparer. Cette compréhension permettra de gérer plus efficacement l'intégration des risques de catastrophes dans les stratégies de développement.

Les Philippines sont considérées comme un des pays les plus exposés aux désastres dans le monde, en raison de sa localisation géophysique et de ses conditions socioéconomiques. La Commune de Dumangas de la Province d'Ilo-Ilo, a été choisie pour cette étude de cas en raison de sa vulnérabilité à des risques climatiques tels que les typhons, les inondations et les sécheresses. L'exercice entrepris consiste à analyser le rôle des institutions locales dans la gestion des catastrophes en lien avec les récents risques naturels.

Les moyens d'existence des ménages vulnérables de cette zone sont dans un état d'équilibre si fragile qu'un choc, même faible, peut mettre en danger la sécurité des ménages. Bien que ce ne soit jamais bien clair il est utile de distinguer entre les chocs subis par les ménages (chocs particuliers) spécifiques aux ménages et les chocs subis par des communauté toutes entières comme les chocs communautaires (covariants). Lorsque les mécanismes sociétaux fonctionnent bien, les chocs propres aux ménages (comme la maladie ou la mort d'un soutien de famille ou un vol de bétail) n'appellent pas nécessairement une intervention extérieure, alors que les chocs communautaires comme une récolte perdue sur une grande zone, en raison de risques naturels peuvent concerner individuellement chaque membre de la communauté et nécessiter une intervention extérieure. Le rôle des institutions communautaires pourrait, en conséquence, devenir essentiel pour aider les communautés à réagir à ces chocs et à s'en rétablir.

Cette étude se fonde sur l'hypothèse selon laquelle la réduction des risques de catastrophes, ainsi que leur gestion, supposent, comme pour le développement rural, que des liens plus solides soient établis entre les ministères et les départements au niveau du gouvernement central et les acteurs locaux – s'agissant notamment des autorités traditionnelles et de la société civile. Cela implique également que les actions et les ressources soient mieux coordonnées et décentralisées et tiennent compte des avantages comparatifs dont bénéficient les acteurs locaux. Il s'agit notamment des perspectives locales en matière de décision politique et de planification du développement rural, d'une communication plus interactive avec les niveaux politiques plus élevés, de la mise en place d'activités de développement rural local, de la mobilisation de la participation de la population et du traitement des urgences au niveau local en prenant en compte la reconstruction, la prévention et la préparation à la gestion des risques de catastrophes.

(disponible en anglais)

Pour plus d'informations sur cette publication, veuillez cliquer ici .



SD Homepage Back to Top FAO Homepage